Depuis que Kensignton Palace a confirmé la relation amoureuse entre le Prince Harry et elle, Meghan Markle est harcelée en permanence. Seulement, il semble qu'elle connaissait déjà de sérieux problèmes (menaces de mort, notamment) avant cette histoire d'amour très médiatisée...

Rachel Zane ou Meghan Markle ? 

Certains n'ont pas attendu que Meghan Markle sorte avec le très convoité Prince Harry pour les proférer des menaces à son encontre... Plus tôt en 2016, l'actrice américaine de 35 ans avouait déjà craindre pour sa vie car elle recevait de nombreuses menaces de mort !

En effet, en juin dernier, elle était l'invitée de l'émission Good Morning Britain et confiait au présentateur Piers Morgan dans un pub londonien les moments effrayants dont elle a dû faire face. Meghan Markle révélait notamment recevoir des lettres de menaces de mort à cause de la série Suits, dans laquelle son personnage, Rachel Zane, trompait allègrement son petit ami. "Les gens veulent me tuer ! Pas Rachel Zane... MOI !", avait-elle déclaré avant d'ajouter : "Je ne savais pas qu'il y avait autant d'emojis avec des armes et des couteaux. C'était très désagréable. Heureusement, Rachel est revenue sur son piédestal et ça s'est arrêté".

Le Prince Harry, à la rescousse de Meghan Markle

Heureusement que ces menaces se sont arrêtés pour Meghan Markle, car ajoutées au harcèlement dont elle est victime depuis qu'elle est en couple avec le Prince Harry, l'actrice aurait carrément craqué... Il y a une semaine, Kensington Palace, le bureau de presse de Buckingham Palace, publiait un communiqué afin de dénoncer les mauvais comportements envers Meghan et sa famille.

"Sa petite amie, Meghan Markle, a été l'objet d'une vague d'abus et de harcèlement. Certains agissements ont été très médiatisés, la Une d'un journal national, les sous-entendus raciaux dans les articles ; et les commentaires absolument racistes et sexistes sur internet. Certaines choses ont été cachées au public - les batailles juridiques pour faire retirer de la presse des histoires diffamatoires ; sa mère qui doit se frayer un chemin parmi une horde de journalistes pour accéder à sa maison ; les tentatives de certains journalistes d'entrer illégalement chez elle et les appels à la police qui s'en sont suivis ; les pots-de-vin substantiels offerts par la presse à son ex-petit ami ; le harcèlement de chacun de ses amis, collègues ou proches", pouvait-on lire.