Interviewée par le magazine Variety à l'occasion de la présentation de son 1er court-métrage en tant que réalisatrice au festival de Sundance, l'actrice américaine a également été invitée à commenter l'investiture de Donald Trump… et son expérience étrange avec le Président des Etats-Unis, survenue il y a quelques années sur Twitter, au moment où la nouvelle de son infidélité vis-à-vis de Robert Pattinson avait éclaté au grand jour. A l'époque, Donald Trump n'était qu'une "star de la téléréalité" pour Kristen Stewart, et elle a pu découvrir une facette flippante de celui qui vient de prendre les rênes de l'Amérique !

"Il était fou de moi il y a quelques années"

L'affaire remonte à 2012 : la presse people fait ses choux gras des problèmes de couple des 2 stars de la saga Twilight, et chez les fans, 2 clans s'opposent : ceux qui défendent coûte que coûte Kristen Stewart et continuent de croire qu'une issue heureuse est possible, et ceux qui conseillent à Robert Pattinson de prendre ses jambes à son cou ! Devinez à quelle catégorie Donald Trump appartenait ? "Il était fou de moi il y a quelques années, complètement obsédé par moi il y a quelques années, c'était totalement dingue", a révélé Kristen Stewart au magazine Variety.

Sauf que la passion du futur-président ne s'est pas manifestée d'une façon très respectueuse. Entre octobre et novembre 2012, Trump publie une série de 5 tweets incendiaires, commentant à sa façon l'attitude de l'actrice. Ainsi pouvait-on lire le 17 octobre : "Robert Pattinson ne devrait pas reprendre Kristen Stewart. Elle l'a trompé comme une chienne et elle va recommencer, il suffit de regarder, il peut trouver mieux !" L'actuel chef d'Etat américain avait poursuivi sur sa lancée, conseillant à Robert Pattinson de ne plus accorder sa confiance à la jeune femme, l'implorant, même, de "balancer Kristen Stewart" !"

Kristen Stewart participera à la marche féminine anti-Trump menée par Chelsea Handler

Ce n'est que quelques années plus tard que la comédienne réalisera que l'homme qui l'avait insultée sur Twitter était celui qui ambitionnait de devenir Président des Etats-Unis. Pas de quoi rassurer l'actrice, qui considère aujourd'hui son élection comme une menace "humanitaire". Face à la caméra du magazine Variety, la star a ensuite adressé un message à ses concitoyens : "Je dirais juste qu'il faut agir pour ce en quoi vous croyez, quel que soit le moyen. Je n'ai pas à dire à quiconque ce qu'il devrait ressentir, mais je suis sûre que nous ressentons tous la même chose."

En pleine promotion de son court-métrage Come Swim, la star de Sils Maria n'avait pas pu se joindre à la manifestation anti-Trump organisée à Washington ce 20 janvier, mais elle compte bien profiter de sa présence au festival de Sundance pour participer à la marche des femmes organisée par la comédienne Chelsea Handler. Avec de sérieux arguments en sa faveur.