Les Jeux Olympiques de Rio resteront pour Renaud Lavillenie synonyme de déception. Pourtant, le perchiste français a réussi à décrocher la médaille d’argent lors du concours de saut à la perche, le 15 août dernier. Mais cette performance, insuffisante aux yeux du recordman du monde, n’a pas suffi à lui faire oublier l’humiliation ressentie dans le stade, quand le public de Rio, uni derrière le perchiste brésilien, l’a hué à plusieurs reprises.

Renaud Lavillenie blessé par les sifflets

Il faut l’avouer, toute la France espérait voir Renaud Lavillenie, détenteur du record du monde de saut à la perche et médaille d’or aux JO de Londres, repartir avec la plus haute récompense. Mais face au Brésilien Thiago Braz da Silva, son 5,98m n’a pas suffi. Outre cette deuxième place, Renaud Lavillenie a eu beaucoup de mal à encaisser les sifflets constants du public carioca à son égard. "Je comprends qu’ils soient pour Thiago, mais le manque total de respect à ses adversaires, je ne le conçois pas. On peut ne pas nous soutenir, nous ignorer. Mais là, j’ai pris ça comme une insulte", a-t-il déclaré à L’Équipe dans la nuit du 15 au 16 août. Et malheureusement, les huées ont repris de plus belle mardi 16 août, lors de la cérémonie de remise des médailles. Lors de l’annonce de son nom, Renaud Lavillenie a été copieusement sifflé, malgré les applaudissements de son adversaire détenteur de l'or Thiago Braz da Silva. Finalement, croulant sous le poids des sifflets et des huées, Renaud Lavillenie n’a pas pu s’empêcher de craquer et de verser quelques larmes quand l’hymne brésilien a retenti.
 

Renaud Lavillenie dérape sur Jesse Owens

Très déçu par sa défaite et l’ambiance du stade, Renaud Lavillenie n’a pas caché son agacement envers le public brésilien, quelques heures après sa défaite : "La dernière fois qu'on a vu ça c'est quand Jessie Owens a couru en 1936", a-t-il déclaré, en référence à l’athlète américain noir qui a remporté quatre médailles d’or lors des JO de Berlin en 1936… en pleine Allemagne nazie. Une comparaison qui a quelque peu choqué certains internautes. Finalement, Renaud Lavillenie est revenu sur ses propos sur Facebook : "Désolé pour la comparaison mal placée de l’ambiance, à chaud je n’ai pas mesuré." Ça peut se comprendre.