Jean Dujardin, des Nous C Nous à Cannes, la métamorphose

Le 23/05/2011 à 17:08, dans le dossier Festival de Cannes  |  commentaire (0)
Jean Dujardin, des Nous C Nous à Cannes, la métamorphose© Splashnews

En décrochant dimanche la Palme de l'interprétation masculine à Cannes, Jean Dujardin est entré dans la cour des grands. Portrait d'un acteur au parcours atypique. Lui C lui.

Éric Collado, Emmanuel Joucla, Éric Massot, Bruno Salomone. Ces quatre noms ne vous disent sans doute rien ; et c'est normal.

Car si le dernier -qu'on a l'habitude de voir sur France 2 dans la série Fais pas ci, fais pas ça- a réussi tant bien que mal à se faire un nom dans le métier, comment imaginer que ces anciens comédiens, aujourd'hui retombés dans l'anonymat, faisaient partie de même la bande que Jean Dujardin à ses débuts...

Jean Dujardin avec les Nous C Nous parodie les Champions du monde 98

Lire aussi : Jean Dujardin en Lucky Luke : bientôt dans les salles

Car n'oublions pas qu'avant de recevoir les honneurs du 64ème Festival de Cannes et de s'agenouiller devant le jury de Robert De Niro, Jean Dujardin écumait les cabarets de France et de Navarre avec ses potes des "Nous C Nous" il y a de cela moins d'une vingtaine d'années, ne signant leurs premières apparitions télé qu'à la fin des années 90' dans Graines de star et Le Plus grand cabaret du monde.

C'est donc un protégé de Laurent Boyer et de Patrick Sébastien qu'on a aujourd'hui devant nous, promu en moins de quinze jours au rang des plus grands acteurs français de ce début de millénaire.

Débuts de Jean Dujardin en Brice de Nice chez Patrick Sébastien

Comment se dire aussi que c'est le même Jean Dujardin que dans Chouchou et Loulou (avec Alexandra Lamy qui deviendra ensuite sa femme) ou que dans Brice de Nice (où il campe un surfeur perruqué aussi ringard que prétentieux en t-shirt jaune trop court) qui connaitra certainement un destin hollywoodien prochainement.

Lire aussi : Jean Dujardin et les Nous C Nous de retour au cinéma

Jean Dujardin doit finalement énormément à un homme, Michel Hazanavicius, qui, en 2006, lui offre le rôle qui lui permettra de faire le trait d'union entre ses talents de comique et ceux de comédien : l'agent secret mégalo/rigolo de OSS 117. Ce même réalisateur, comme un signe, qui conçoit pour Jean Dujardin (après une autre volet de OSS 117) le rôle de George Valentin dans The Artist, hommage au cinéma muet d'avant-guerre.

Un pari gagnant qui a fait de cet imitateur de chameau hors-pair l'acteur français par excellence : un poil charmeur, un poil drôle. Foncièrement sympathique.

Mots clés :
Les autres stars de l'article :
Donnez votre avis
  • Pseudo :
  • Email : (non publié)
  • 512 caractères restants
  • Je souhaite recevoir les offres prémiums mode et shopping des partenaires de Staragora
  • Je m'abonne à la newsletter
  • Me prévenir quand on me répond
  • Big-loader
Festival de Cannes
Jean Dujardin

acteur

Suivez les news de Jean Dujardin

Suivez les news people de
Jean Dujardin