Il flottait un épais brouillard hier autour des circonstances exactes de sa mort après l'annonce, le 13 septembre 2011, de son décès par son producteur et ami, Pedro Winter.
Le quotidien Le Parisien explique que c'est en faisant une lourde chute dans la nuit de lundi à mardi, vers 2h30 du matin, que DJ Mehdi est mort chez lui dans son loft du 11ème arrondissement de Paris (et non du 20ème, comme cela avait été indiqué par ailleurs).

Installé avec trois amis sur un plancher en plexiglas recouvrant un puits de lumière, le sol a cédé sous leur poids, entraînant le groupe sept mètres plus bas. Si ses amis n'ont été que blessés, le musicien lui, en revanche, a été victime d'un sévère traumatisme cérébral qui lui a été fatal. Emmené à l'hôpital Lariboisière, dans le 10e arrondissement, sa mort cérébrale a été prononcée quelques heures plus tard.

Et dire qu'il signait ses derniers sons du pseudo "Lucky boy"...

Dès l'annonce de la mort de DJ Mehdi, toute la communauté hip hop a rendu hommage à celui que Frédéric Mitterrand a surnommé le "magicien des platines".

Deux de ses pairs, illustres représentants de la musique électro, ont tenu à lui délivrer un dernier message :

"Toutes mes pensées vont a la famille de dj medhi", écrit sobrement David Guetta. Quant à Bob Sinclar, il se fend d'un : "A lot of thoughts to Dj Mehdi, to his family, his friends & fans..." (plein de pensées à DJ Mehdi, sa famille, ses amis et ses fans).