Les femmes arborant un décolleté sur la photo de leur CV ont presque 20 fois plus de chances de décrocher un entretien d'embauche. C'est le résultat désolant d'une étude menée par le Dr Sevag Kertechian, de l'Université de la Sorbonne. Menée sur une période de 3 ans, elle a été créée à l'origine pour mesurer l'influence de l'apparence vestimentaire dans le monde du travail, et plus particulièrement celui de la recherche d'emploi. Deux candidates féminines se sont prêtées à l'expérience en postulant chacune pour 200 postes : 100 entreprises ont ainsi reçu des CV accompagnés d'une photo "classique", tandis que 100 autres recevaient une photo dans une version plus sexy, avec un haut décolleté. A votre avis, quelle photo avait le plus de chances d'attirer l'attention des recruteurs ?

A expérience égale, les femmes "sexy" ont plus de chances de décrocher un entretien

Les 2 femmes qui se sont prêtées à l'expérience partageaient le même CV, et leur apparence physique était similaire. Cependant, les candidatures accompagnées d'une photo prise dans une robe décolletée ont reçu en moyenne 62 réponses positives de plus que les autres. Plus surprenant encore, le niveau de réponses favorables passe à 68 pour des offres d'emploi dans un poste de comptable : "Nos résultats ont souligné des tendances intéressantes dans la mesure où les robes décolletées influençaient significativement le choix des recruteurs (...), explique le Dr Kertechian. Peu importe le travail proposé –un emploi de vendeuse en contact avec le client ou un travail de bureau- la candidate portant le vêtement décolleté recevait plus de réponses positives. Ces résultats étaient assez choquants et négatifs, mais pas forcément surprenants : ils montrent que nous devons poursuivre nos recherches."

Lire aussi

La triste réalité du sexisme à l'embauche

Des études, dont l'une d'entre elles a été menée en 2014 en France, tendent à prouver que la 1ère discrimination touchant les candidats à un poste ne concerne pas leur origine, mais bien leur sexe. Certaines professions restent encore très largement du domaine masculin : c'est notamment le cas des BTP, mais aussi des emplois de commerciaux. Les femmes peuvent également avoir droit à d'étranges mises en garde durant leur entretien d'embauche : interdiction de tomber enceinte, ou obligation de se plier aux fantasmes vestimentaires de leur responsable en sont quelques exemples. Des inégalités visibles jusque sur la fiche de paie : en 2014, les salaires des femmes restaient entre 15 et 25% inférieurs à ceux des hommes