MISE À JOUR : Les funérailles de Fidel Castro auront lieu le 4 décembre à Santiago de Cuba. Une procession aura lieu sur l'île avec les cendres du Lider Maximo, incinéré ce samedi 26 novembre. Neuf jours de deuil national ont été décrétés à l'annonce de son décès.

Il aura conservé le pouvoir de 1959 à 2008, 49 ans de règne incontesté, le plus long de l'histoire contemporaine, rappelle Le Monde. Fidel Castro est décédé vendredi 25 novembre au soir, à La Havane, presque 2 ans après le rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis. "Il n’y a pas lieu de s’inquiéter, déclarait-il en 1985. Après Fidel, il y aura des quantités de gens qui vaudront davantage que Fidel. Les hommes meurent. Le parti est immortel." Depuis, l'URSS s'est effondrée, et Fidel Castro est resté seul face à une Amérique du Nord au succès arrogant. En 2006, puis définitivement en 2008, il cède le pouvoir à son frère Raul tout en conservant, selon les analystes politiques, un regard vigilant sur l'île qu'il aura façonnée, pendant 50 ans, à l'image de sa vision.

Le corps de Fidel Castro incinéré samedi 26 novembre

"Le commandant en chef de la révolution cubaine est décédé à 22 h 29 ce vendredi soir, a annoncé hier Raul Castro, frère de Fidel, devant les caméras de la télévision cubaine. L’organisation de l’hommage funèbre qui lui sera donné sera précisée [ultérieurement]." Le chef d'Etat cubain depuis 2008 a également précisé que conformément aux volontés de Fidel Castro, le corps de celui-ci serait incinéré dans les premières heures de la journée de ce samedi 26 novembre. Avec sa disparition, c'est une page de l'histoire mondiale qui se tourne, initiée avec le début de la guerre froide.

"Il avait incarné la révolution cubaine"

En janvier 1959, Fidel Castro fait une entrée triomphante à La Havane. Il prend le pouvoir des mains du général Fulgencio Battisto et renverse son régime dictatorial, mis en place avec le soutien des Etats-Unis. Débute alors un véritable bras de fer entre la superpuissance mondiale alors en pleine guerre froide, et la petite île des Caraïbes qui, à elle seule, aurait pu déclencher un conflit à l'arme nucléaire. Fidel Castro mène sa révolution socialiste et traverse la crise des missiles et le débarquement de la Baie des Cochons. Pendant près de 50 ans, il se jouera de l'embargo américain, imposant à son peuple de difficiles conditions de vie. "Il avait incarné la révolution cubaine, dans les espoirs qu'elle avait suscités puis dans les désillusions qu'elle avait provoquées, a déclaré François Hollande ce matin depuis Madagascar. Acteur de la guerre froide, il correspondait à une époque qui s'était achevée avec l'effondrement de l'Union Soviétique. Il avait su représenter pour les Cubains la fierté du rejet de la domination extérieure."

Problèmes de santé et retrait du pouvoir

En juillet 2006, Fidel Castro, âgé de 80 ans,  est victime d'une grave hémorragie intestinale imposant une opération chirurgicale. Il passe temporairement le pouvoir à son frère, Raul Castro. En coulisses, on évoque la possibilité d'un cancer, mais le "Lider Maximo" réapparaît quelques mois plus tard, visiblement rétabli. Au cours de l'année 2007, Fidel Castro réapparaît à plusieurs reprises pour démentir les rumeurs inquiétantes sur son état de santé, accusant les services de renseignement des Etats-Unis : "Avec leurs satellites, ils vérifient n'importe quelle personne qui se présente à l'entrée de [ma] porte", explique-t-il en 2007 au cours d'une longue interview accordée à la télévision cubaine. Fidel Castro admet qu'il doit désormais se ménager : "Tout ce que je puis dire à mes compatriotes, c'est que je fais maintenant ce que je dois faire et rien de plus, il n'y a aucun secret." En février 2008, il annonce finalement son retrait du pouvoir en faveur de son frère, de 5 ans son cadet. Il se lance alors dans la rédaction de ses mémoires, mais rattrapé par ses problèmes de santé, Fidel n'apparaît presque plus en public, se contentant de démentir les rumeurs sur sa mort et de recevoir la visite des plus grandes personnalités du monde politique ou religieux. L'une de ses dernières visites sera celle du Pape François, qui échangera avec lui des livres, dont 2 ouvrages de théologie…