Scénariste, chansonnier, acteur, dramaturge, Jean-Claude Deret, né Claude Breitman, portait plusieurs casquettes avec talent, à l'instar de sa fille, l'actrice et réalisatrice Zabou Breitman. Celle-ci a annoncé le décès de son père avec un message sobre et émouvant, posté sur Instagram : "Adieu mon papa, ta fifille".

Jean-Claude Deret, le théâtre au coeur

Né le 11 juillet 1921 à Paris, Claude Breitman se passionne très jeune pour le théâtre. Il s'inscrit à un cours, puis un autre, et se choisit le pseudonyme de Jean-Claude Deret, le nom de jeune fille de sa mère. Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, il s'engage et devient infirmier militaire. De retour à la vie civile, il revient également au théâtre et dirige même des cabarets, dont le célèbre caveau de la Huchette à Saint-Germain-des-Prés. Il s'installe au Canada dans les années 50, où il devient un acteur reconnu, avant de revenir en France dans les années 60. Il reprend ses activités de dramaturge, d'acteur, et de directeur de théâtre, en prenant les commandes du Théâtre du Cercle de Saint-Gervais-la-Forêt. L'une de ses dernières pièces, Samuel dans l'île, est nommée aux Molières 2006. Ecrivain de théâtre, il rédige aussi des romans pour les enfants et crée des chansons, que Zabou Breitman mettra en scène en 2013 avec son Cabaret Deret, un spectacle musical.

L'aventure Thierry La Fronde

Quand il revient au pays, il crée, à partir de 1963, le scénario de la série Thierry la Fronde, encore culte de nos jours. Il y interprète également le rôle de Messire Florent. Au cinéma comme à la télévision, Jean-Claude Deret est une figure familière : il participe notamment au tournage de Se Souvenir des belles choses, réalisé par sa fille en 2002. Benjamin de Lajarte lui offre son dernier rôle dans un long-métrage avec Les Jeux des nuages et de la pluie, en 2013. Il tournera pendant plus de ans à la télévision, avec un dernier rôle en 2003, dans le téléfilm Et toc !.