"Robin est et sera toujours un esprit plus grand que nature dans le corps d'un homme normal avec un cerveau humain. Il se trouve simplement qu'il faisait partie des 1 personne sur 6 souffrant d'une maladie du cerveau." Cette maladie a finalement pu être diagnostiquée : la démence à corps de Lewy, une maladie dégénérative du cerveau touchant aujourd'hui 1,5 millions de personnes sur le seul territoire des Etats-Unis. Une maladie qui, d'après la veuve de l'immense acteur, lui avait rapidement enlevé toute raison de vivre…

"Le terroriste à l'intérieur du cerveau de mon mari"

Dans l'optique de faire avancer la recherche, d'apporter aux scientifiques le témoignage d'un proche d'une victime de cette terrible pathologie, mais aussi pour sensibiliser la population à ce fléau, Susan Schneider Williams évoque avec tout son amour pour son défunt mari les symptômes qui l'ont soudain frappé à l'automne 2013. Son témoignage bouleversant est à découvrir dans le site de publication scientifique spécialisé dans les neurosciences Neurology : d'après Mrs Schneider Williams, l'acteur aurait commencé à souffrir d'une brusque et violente attaque de panique, beaucoup plus forte que ses habituelles crises d'angoisse. Tous deux l'ignorent, mais il peut en effet s'agir de l'un des premiers symptômes de la démence à corps de Lewy. D'autres symptômes avaient précédé cette violente crise : insomnie, perte de l'odorat, mais aussi problèmes cardiaques ou urinaires. Robin Williams est suivi par plusieurs médecins qui enchaînent les examens, sans résultat. Les signes inquiétants s'accumulent, jusqu'au 28 mai, où l'on diagnostique à Robin Williams une maladie de Parkinson : "Nous avions une réponse. Mon cœur s'est rempli d'espoir. Mais d'une certaine manière, Robin n'y a pas cru."

Robin Williams était désespéré à l'idée de perdre l'esprit

Au printemps 2014, Robin Williams participait au tournage de La Nuit au Musée 3, mais ses problèmes de mémoire de plus en plus nombreux et graves l'empêchent de retenir son texte. Il est de nouveau victime de panique, revient chez lui au début du mois de mai, camouflant soigneusement sa terreur de voir son esprit partir peu à peu en lambeaux : "Dans le cas de Robin, en plus d'être un génie, c'était un acteur formé à Julliard. Je ne saurai jamais la vraie profondeur de sa souffrance, ou à quel point il devait lutter. Mais j'ai vu l'homme le plus courageux du monde jouer le rôle le plus difficile de sa vie."
Robin Williams prend ses médicaments, suit des thérapies, passe des examens, fait de l'exercice physique. Rien n'y fait : ce qu'ils prennent alors pour la maladie de Parkinson continue de le ronger, jusqu'à son terrible geste, en août 2014. Robin Williams finit par s'ôter la vie, incapable de subir plus longtemps ces souffrances. On lui diagnostique finalement une forme particulièrement virulente de démence à corps de Lewy, au cours de l'autopsie. Ce n'est qu'à ce moment-là que sa femme prend toute la mesure de la gravité de son état, et comprend que certains médicaments n'auront fait qu'aggraver la situation…