Il aurait fallu attendre trois ans pour que le photographe obtienne une décision : son agresseur, qui n'est autre que Justin Bieber, vient d'être inculpé par la justice argentine. On vous donne tous les détails. 

Une agression qui remonte à 2013

Retour sur les faits. En 2013, Justin Bieber avait donné une série de concerts en Argentine. A la sortie d'une boîte de nuit VIP du quartier de Palermo, à Buenos Aires, le chanteur se fait mitrailler par les flashs des photographes. Excédé, il s'en prend à un photographe qui affirme avoir été violemment dépossédé de son appareil photo et de son téléphone portable, à la demande du chanteur. En novembre 2014, un juge argentin avait convoqué le Canadien, lui donnant 60 jours pour se présenter dans son bureau. Justin ayant ignoré la convocation, le juge avait alors transmis une demande de mandat d'arrêt international contre le chanteur à Interpol.

Vol et blessure

Hier, jeudi 22 décembre, on a découvert le verdict de cette affaire : Justin Bieber est inculpé, sans détention provisoire, "pour deux délits de vol simple, un délit de tentative de vol simple et pour blessure légères", selon un extrait de la décision du juge reproduit dans la presse. Une sentence qui ravit Matias Morla, l'avocat du photographe, qui déclare : "La décision du juge est tout à fait justifiée et c'est une nouvelle gifle à l'orgueil de Justin", ajoutant "Nous sommes contents de cette décision. Nous n'avons jamais douté que cette affaire était en notre faveur mais Justin a toujours tenté d'utiliser sa popularité et son argent pour échapper à la justice", au quotidien argentin Diario Popular.