Biographie de Jules Bianchi

La course automobile coule dans les veines de Jules Bianchi. Issu d’une famille de pilote (il est le petit-fils de Mauro Bianchi), le jeune Niçois est tombé dedans tout petit. A trois ans, le petit Jules monte dans son premier kart et montre déjà de bien belles prédispositions au volant. La success-story de Jules commence à l’âge de 15 ans. En 2004, il termine deuxième du championnat européen de karting junior. L’année suivante, il s’octroie le titre de champion de France et se fait ses premiers pas en Formule Renault. Le pilote se fait repérer par Nicolas Todt, le fils de Jean Todt. Son touché et sa finesse au volant permettent au jeune prodige de devenir champion de France de Formule Renault dès sa première saison. Un exploit jamais réitéré depuis Alain Prost. La suite de la carrière est une longue série de performance et de victoire. En 2008, il termine troisième du championnat F3 euro Series et s’impose largement l’année suivante avec 12 podiums dont 9 victoires pendant la saison. Le jeune homme impressionne toujours autant.

En 2010, Jules Bianchi fait ses gammes en GP2, l’anti-chambre de la Formule 1, la catégorie reine des courses automobile. Il termine troisième du championnat et obtient le titre de meilleur rookie. Parallèlement, il intègre la Scuderia Academy, le programme de formation de "jeunes talents". Jules Bianchi est si convaincant au volant que l’écurie transalpine lui offre le volant de troisième pilote essayeur en 2011. Deux ans plus tard, Jules Bianchi obtient un poste de pilote titulaire dans l’écurie Marussia F1 Team, il termine dix-neuvième du championnat mais ne marque aucun point, cependant son contrat est prolongé d’un an. En 2014, il marque ses premiers points en Formule 1 au Grand Prix de Monaco, où il termine à la neuvième place. Le 5 octobre 2014, Jules Bianchi est victime d'un terrible accident de course, lors du Grand Prix du Japon, sur le circuit de Suzuka. La monoplace Marussia du pilote passe sous le leste de la grue de remorquage entrée en piste, pour évacuer la monoplace d'Adrian Sutil, précédemment accidentée. Rapidement hospitalisé au Japon, à quelques mètres du circuit, pour un hématome cérébral, Jules Bianchi est rapatrié en France, et passe plus de neuf mois dans le coma, au CHU de Nice. Il décède le 17 juillet 2015, une disparition qui émeut le monde du sport automobile. Les pilotes de Formule 1 lui rendent un vibrant hommage, le 26 juillet 2015, lors du Grand-Prix de Hongrie.