De slameur, Grand Corps Malade est devenu réalisateur. Il faut dire que son premier film ne traite pas de n’importe quel sujet. Il s’agit de l’adaptation de son autobiographie, Patients, publiée en 2012 aux éditions Don Quichotte, dans laquelle Fabien Marsaud, de son vrai nom, raconte son parcours en centre de soin après son grave accident survenu en 1997. On vous en dit plus sur ce film aussi drôle que bouleversant.

1) Première réalisation

Grand Corps Malade, bien connu pour sa voix grave et ses slams si juste, passe pour la première fois derrière la caméra avec Patients. Jusqu’ici, il avait seulement participé au doublage de films d’animation ou à des documentaires. Pour cette première expérience, le slameur a choisi Mehdi Idir, qui a réalisé ses clips, en tant que co-réalisateur. Une bonne façon de commencer !

2) Autobiographique

Si Patients semble aussi authentique, c’est parce que tout ce qui y est raconté est vrai. Grand Corps Malade s’est inspiré de sa propre expérience et des anecdotes vécues lors de sa rééducation pour son film. D’ailleurs, Patients a été tourné dans le centre spécialisé où l’artiste a lui-même appris à remarcher. On note également que Ben, le personnage principal de l’histoire, est paralysé suite à un saut dans une piscine trop peu remplie… exactement ce qui est arrivé à Grand Corps Malade.

3) Un humour féroce

Attention, ce n’est pas parce qu’un film se déroule dans un centre de rééducation qu’il faut forcément tomber dans le pathos. Malgré le grave sujet abordé, Patients déborde d’humour, souvent noir, voire carrément trash. Là encore, Grand Corps Malade s’est inspiré de sa propre expérience, expliquant que l’humour est une question de survie dans ce genre d’endroit.

4) Pas de stars

Grand Corps Malade y tenait : il ne voulait pas de stars dans Patients. C’est au bout d’un casting de quatre mois qu’il a trouvé ses acteurs : Pablo Pauly, qui incarne Ben, ainsi que Soufiane Guerrab, Moussa Massaly, Naila Harzoune et Franck Falise. Un pari risqué, puisque l’absence de têtes connues a rendu le film difficile à financer. Heureusement, on sait aujourd’hui qu’il s’est révélé gagnant.