En février 2015, Chefs avait conquis le cœur des téléspectateurs grâce à une esthétique léchée et un scénario de qualité, qui dépeignait un chef tyrannique (Clovis Cornillac) accueillant un délinquant en probation comme commis dans sa cuisine. Mais à la fin de la saison 1, le Chef avait tout perdu, aussi bien sur le plan professionnel que familial. A quoi devons-nous nous attendre pour cette deuxième saison ? Staragora vous livre toutes les infos !

Une saison 2 très attendue

Face au succès de la première saison de Chefs, diffusée il y a près de deux ans, l’arrivée d’une saison 2 semblait gagnée d’avance. Alors pourquoi un tel délai ? Comme Clovis Cornillac l’a expliqué dans Le Grand Direct des Médias à Thomas Joubert, France 2 a simplement voulu s’assurer de l’accueil du public avant de commander une deuxième saison. Il faut donc s’attendre à voir le processus se répéter avant la saison 3… si elle existe ! Mais alors, que va-t-il se passer dans cette deuxième saison de Chefs ? On retrouve le Chef et les autres personnages environ six mois après la fin de la saison 1. Le restaurant Le Paris est désormais entre les mains de son ancien apprenti Romain (Hugo Becker), tandis que le Chef passe ses journées dans des tripots clandestins à réaliser des paris gustatifs. Bref, ces huit nouveaux épisodes s’annoncent encore plus sombres que les précédents. Le Chef est prêt à tout pour revenir à la cuisine, mais aussi pour renouer sa relation compliquée avec Delphine (Anne Charrier). On a hâte de découvrir ça !

Clovis Cornillac clashe le cinéma américain

Au micro d’Europe 1, Clovis Cornillac a commenté le renouveau dans le monde de la télévision, qui propose de plus en plus de séries de qualité égale, voire supérieure, au cinéma. Un changement apparu aux États-Unis, et qui selon l’acteur a complètement bouleversé les codes : "Le cinéma américain est presque moins intéressant aujourd’hui que toutes leurs séries", a-t-il confié. Et quand on voit le nombre de remakes, suites et reboots, on a plutôt tendance à être d’accord avec lui !