Elle était l'une des 3 stars de la plus grande comédie musicale de l'histoire d'Hollywood : Chantons sous la pluie, aux côtés des immenses Gene Kelly et Donald O'Connor. Mais Debbie Reynolds était également connue pour avoir donné naissance à une autre immense star du cinéma américain : Carrie Fisher, alias Princesse Leia dans Star Wars. Ce mercredi 28 décembre, alors que l'actrice organisait avec son fils les funérailles de Carrie, disparue mardi 27 décembre, elle a été victime d'un AVC. Le destin aura donc réalisé son dernier vœu, celui d'être au côté de sa fille. Elle avait 84 ans.

"Elle voulait être de nouveau avec elle"

Interrogé par le site du Guardian, le fils de Debbie Reynolds, Todd Fisher, raconte les derniers instants de sa mère : "La dernière chose qu'elle a dit ce matin, c'est qu'elle était très, très triste de perdre Carrie et qu'elle voulait être de nouveau avec elle. 15 minutes après elle a été victime d'une grave attaque." Malgré son hospitalisation en urgence au Cedars Sinai de Los Angeles, l'actrice n'a pas pu être sauvée. "La seule chose qui nous console, c'est qu'elle ne voulait qu'une seule chose, prendre soin de sa fille, et c'est ce qu'elle faisait de mieux", a conclu Todd Fisher. La veille, Debbie Reynolds avait publié un émouvant message sur Facebook après l'annonce du décès de sa fille : "Merci à tous ceux qui ont apprécié les dons et les talents de ma fille géniale et adorée. Je vous suis reconnaissante de toutes vos pensées et vos prières qui la guident désormais vers la prochaine étape." Elle avait alors signé "la maman de Carrie", s'effaçant complètement derrière sa fille.

Debbie Reynolds, une étoile d'Hollywood

Née en 1932 à El Paso, au Texas, Debbie Reynolds connaît la gloire en acceptant, en 1952, le rôle d'une débutante à la voix d'or dans les premières heures du cinéma parlant. Ce rôle, c'est celui de Kathy Selden dans Singin' in the Rain. "Le personnage me ressemblait beaucoup à l'époque, expliquera-t-elle dans un entretien à l'American Film Institue. Je n'avais pas peur. J'ai foncé." Elle a à peine 20 ans et n'a jamais dansé de sa vie. Elle devra se montrer à la hauteur de 2 extraordinaires partenaires : Gene Kelly et Donald O'Connor. Après 3 mois d'entraînement intensif, le résultat est bluffant. La jeune femme séduit le monde par son énergie et sa joie de vivre, et accède au rang de star. Par la suite, elle tournera dans plusieurs comédies musicales, dont La Reine du Colorado qui lui vaudra une nomination aux Oscars en 1965. Elle finit cependant par délaisser les plateaux de tournage pour chanter et danser à Broadway et à Las Vegas, et y fait l'acquisition d'un casino. Elle fonde le Hollywood Motion Picture Museum en 1972, et le Debbie Reynolds Dance Studio à Hollywood en 1979. Elle sera également la star de sa propre émission de télé. Dans les années 1970, sa carrière d'actrice devient plus anecdotique : elle apparaît dans des sitcoms et des téléfilms, joue les guest-stars. Victime de graves difficultés financières, elle devra vendre une partie des costumes et accessoires qu'elle expose dans son musée, dont la célèbre robe blanche de Marylin Monroe portée dans Sept ans de réflexion.

Une vie sentimentale décevante

En 1955, Debbie Reynolds épouse Eddie Fisher, père de ses 2 enfants Carrie et Todd. Le mariage se termine en 1959 dans la douleur : Eddie la trompe avec Elizabeth Taylor (avec qui il se remarie en 1960), alors la meilleure amie de Debbie. Ses 2 mariages suivants, en 1960 et en 1984, se termineront également par des divorces. Son 2e mari, Harry Karl, participera d'ailleurs grandement aux difficultés financières de l'actrice, qui plaisantait fréquemment sur ses mésaventures amoureuses…