Zlatan a certes quitté le PSG, mais il reste à jamais dans nos coeur. Pour son jeu, mais surtout pour ses phrases désormais culte. Entre son tweet de départ d'anthologie "I came like a king, left like a legend." et ses réponses en interview, lire du Zlatan est toujours un grand moment. L'attaquant suédois a accordé une interview au Monde mardi 7 juin qui l'a propulsé en tête des Trending Topics. Une fois de plus, Zlatan Ibrahimovic nous a fait vivre un grand moment.

A propos d'argent

Zlatan est redevenu le joueur de football le mieux payé de France en janvier 2016 grâce à un contrat mirobolant : 1,5 million d'euros brut, soit un peu plus de 1 million d'euros mensuels net de charges selon le Parisien. Le Monde est donc revenu sur le salaire du footballeur en lui précisant "en 2015, votre salaire était de 20 millions d'euros" ce à quoi Zlatan répond "seulement ?". Expliquant que tout ce qui lui importe est le marché, il ajoute : "Si un autre joueur gagne tant, et que moi je suis dix fois meilleur que lui, combien ça fait ? Dix fois plus." CQFD.

Sur François Hollande

Si la politique intérieure du pays vous pose problème, si vous estimez que vous payez trop d’impôts, votez Zlatan ! Le joueur questionne : "Quel genre de président est François Hollande ? J’aide ce pays plus qu’il ne l’aide." La raison ? "Je paye mes taxes, j'aide beaucoup ce pays". On dit merci qui ?

Sur le showbiz

Comment rendre François Hollande populaire ? "Ibra" a quelques idées. Ce futur conseiller en image n'a pas cité un catogan ou des tweets puissants mais simplement... rester soi-même. Déception. "L’important est d’être soi-même et moi je suis moi-même. Mais je ne peux pas parler pour lui puisque je ne le connais pas. Mais je peux le rendre populaire si je veux. Mais je ne sais pas si j’en ai envie". On espère que Zlatan changera d'avis. Un maillot floqué Hollande, ça marcherait hyper bien !

Sur le Qatar

Et si on devait tout au Qatar ? Zlatan, dans toute sa splendeur, précise : "C’est grâce à eux, si je suis là. Car sans le Qatar, la France ne m’aurait jamais vu jouer. Vous devez donc les remercier. Et je les remercie aussi de m’avoir permis de connaître une aussi jolie ville que Paris." Avec la petite phrase touristique, le footballeur a tout compris...