Les algorithmes de Google l'avaient prédit, les experts du foot international l'avaient annoncé : les Bleus n'avaient aucune chance de l'emporter face aux champions de la Mannschaft. Pour quelques journaux allemands, l'affaire était même déjà dans le sac, et la France serait bientôt condamnée à contempler la victoire de l'Allemagne contre le Portugal en finale de l'Euro 2016. Même le pénalty transformé par Antoine Griezmann n'a pas suffi à décourager les supporters allemands : ils ont continué à y croire jusqu'à la 72e minute… et le second but d'Antoine Griezmann, enterrant définitivement les espoirs des hommes de Joachim Löw. Une victoire incontestable qui permet d'atténuer les réactions les plus acides des anti-Bleus, avant, pendant et après la rencontre. Florilège.

"Adieu la France"

A quelques heures du match de demi-finale, les journaux allemands ont rivalisé d'imagination pour démontrer leur confiance absolue en la victoire de leur équipe : "Adieu la France", titre dans la langue de Molière le Berliner Morgenpost, tandis que Bild livre une Une à choix multiples : "chers Français, choisissez un titre !" S'ensuit une accumulation de jeux de mots franco-allemands plus ou moins subtils : "La vie en raus" (La vie "dehors"), "Rien ne va Blau" (Rien ne va "Bleu"), "Et maintenant, le Frexit !". Quand la France remporte finalement le combat, le site Internet de Bild se contentera d'un très sobre "Bonne nuit, Schweini [Surnom de Bastian Schweisteiger, capitaine des Allemands et responsable de l'incompréhensible "main"]", également en français.

Le tweet haineux de la Ryan Air

Que les journaux allemands anticipent la victoire de leurs champions, on peut le comprendre. Mais quand le Community Manager de Ryan Air persifle les Français au beau milieu du match sur Twitter, le malaise s'installe : "Attendez une minute, ils savent donc ce qu'est une main en France ? #N'oubliezJamais #BâtardsDeTricheurs #FRAGER #RyanairEuros", en référence au pénalty offert par Schweinsteiger aux Français après sa main malencontreuse, mais aussi à une affaire plus ancienne : celle de la main de Thierry Henry au cours d'un match France-Irlande en 2009, que le CM de la compagnie aérienne n'a apparemment toujours pas digérée 7 ans plus tard. Au vu de l'indélicatesse du propos, le tweet a été supprimé par Ryan Air, qui a publié dans la foulée… un lien vers son offre d'emploi pour le recrutement d'un nouveau Community Manager !

Le "fairplay" de Joachim Löw

Quelques heures seulement après la défaite de l'Allemagne, Joachim Löw a accordé une interview à Eurosport dans laquelle il félicite la France pour sa victoire. Et s'étend plus volontiers encore sur l'indéniable supériorité de son équipe, malheureusement "affaiblie" par l'absence de 4 de ses joueurs majeurs sur le terrain. "La France a mérité sa qualification, c'est une très bonne équipe même si on a été meilleur qu'elle." Une réflexion mi-figue, mi-raisin, à laquelle André-Pierre Gignac (suppléant d'Olivier Giroud durant cette demi-finale) répond non sans humour : " Il serait en finale s’il était le meilleur."