Depuis l’arrêt de la série en 2004 et les deux films en 2008 et 2010, des rumeurs ne cessent de prédire un retour de Sex and the City sur nos écrans, petits ou grands. Vraies infos ou simple nostalgie ? Plutôt la dernière option si l’on en croit l’absence d’annonce concernant la série culte. Pourtant, il semblerait que les actrices ne soient pas contre un troisième volet au cinéma. Après Sarah Jessica Parker et Kim Cattrall, c’est au tour de Kristin Davis de se confier sur le sujet.

Kristin Davis : "L’histoire n’est pas terminée"

Quand on voit l’effet qu’a eu la possible confirmation de Kim Cattrall concernant un reboot et un spin-off de Sex and the City, on comprend que l’attente des téléspectateurs est toujours bien présente. Ce qui n’est pas pour déplaire à Kristin Davis, qui incarnait la douce Charlotte dans la série. L’actrice s’est confiée à People et parlé de l’incroyable parcours de Sex and the City : "Pendant toute l’aventure Sex and the City, nous avons enchaîné surprise sur surprise. Nous ne pensions pas avoir un tel succès. Nous ne pensions que nous gagnerions un Emmy et que nous ferions un film, encore moins un deuxième." Et malgré six saisons et deux longs-métrages, Kristin Davis estime que Sex and the City a encore des choses à raconter : "J’ai l’impression que tout n’est pas terminé. Je pense qu’il y a une autre histoire." Et la comédienne de 51 ans est tout à fait d’accord pour y participer : "Je suis d’accord pour tout ce que Sarah Jessica Parker et Michael Patrick King (le réalisateur des deux films, ndlr) estiment approprié."

On croise les doigts !

Cynthia Nixon ne souhaite pas un nouveau film ? Si Kristin Davis, Sarah Jessica Parker et Kim Cattrall semblent plutôt pour un retour de Sex and the City, on ne sait pas vraiment si c’est le cas de Cynthia Nixon, alias Miranda Hobbes. Dans l’émission The Edit, l’actrice a encensé la série Girls et établi des comparaisons avec SATC : "Dans Sex and the City, on devait être minces et paraître heureuses tout le temps, dans Girls, elles ont la permission d'être plus réelles et moins brushingées." Faut-il comprendre que la perspective d’un troisième film ne la tente pas plus que ça ?