SJP qui revient en héroïne d'une série sur les méandres du divorce, la proposition avait de quoi séduire sur le papier. D'autant qu'après la fin du show mythique Sex and the Cityl'actrice était loin d'être omniprésente.  Mais le pilote de la série n'a pas totalement convaincu. Drôle mais un peu caricaturale, Divorce divise dans les médias comme sur les réseaux sociaux.

Un concept sympa mais pas révolutionnaire

Arrivée à la cinquantaine, Frances (Sarah Jessica Parker) doit faire un constat douloureux : son amour pour son mari Robert (Thomas Haden Church) s'est envolé. Elle décide de demander le divorce, provoquant chez son futur-ex une réaction plutôt brutale : le rejet absolu, et même violent de cette séparation. Dès lors, la guerre est déclenchée, et Monsieur semble ne reculer devant aucun coup bas. Sur le papier, on a un peu l'impression de lire une nouvelle version de Kramer contre Kramer ou de La guerre des RoseLa série a l'avantage d'adoucir son côté dramatique par un humour et une ironie continuels. Problème pour de nombreux internautes comme pour les critiques : la série n'apporte rien de très neuf…

"Enfin une série télévisée qui explore  les vies compliquées de riches Blancs."

"J'ai regardé #DivorceHBO. Je suis un peu perdu quand je vois à quel point ça a l'air sérieux et que j'entends à quel point ça a l'air loufoque."

Sarah Jessica Parker fait du Sarah Jessica Parker

Si retrouver SJP dans un vrai rôle central est toujours agréable, difficile d'oublier Carrie Bradshaw quand on observe sa performance dans DivorceSarah Jessica Parker est (évidemment) très bien habillée, et lutte contre l'effritement de son couple avec une distance mi-ironique, mi-ingénue. L'actrice reste talentueuse et convaincante. De là à oublier son rôle phare ? En tout cas, pour les twittos, le plaisir des retrouvailles est là.

"J'ai adoré regarder @hbo #DivorceHBO avec @SJP si heureuse de te revoir !"

Excellent Thomas Haden Church

Malgré un rôle assez caricatural (c'est grosso modo un salaud), Thomas Haden Church force le respect, y compris de nos confrères de Télérama pourtant assez peu convaincus de prime abord par le show : "C’est toutefois la performance de Thomas Haden Church qui retient l’attention, peut-on lire sur le site Radiovl.fr : bien plus qu’un simple faire-valoir, il n’a besoin que de quelques scènes pour donner à ce pauvre Robert une dimension étonnante et faire ressentir la souffrance d’un personnage qui réagit de façon littéralement viscérale à l’effondrement de son mariage."
Reste à savoir si HBO a fait le bon choix en pariant (de nouveau) sur Sarah Jessica Parker, l'actrice qui a contribué au renom de la chaîne en tant que productrice de séries d'exception.