Encore 1 an avant la sortie de la saison 7 de Game of Thrones et déjà les (légers) spoilers commencent à arriver. Voilà ce qu'il fallait retenir de l'interview de David Benioff et D.B Weiss, scénaristes de Game of Thrones.

Cersei, grande méchante de la saison 7

Cersei ne sera plus jamais la même. A la fin de la saison 6, la reine a tout perdu. Tout ? Pas tout à fait puisqu'elle est couronnée reine de Westeros. La saison 7 devrait voir s'affronter dans un combat épique Daenerys et la nouvelle boss des 7 royaumes. Pour les scénaristes : "Cersei a fait de nombreuses choses horribles dans sa vie et elle peut être une personne très cruelle, la seule chose rédemptrice à propos d'elle était qu'elle aimait profondèment ses enfants. Maintenant ils sont tous partis et je pense que c'est très intéressant pour nous. Qui est-elle sans ses enfant ? C'est quelque chose que vous découvrirait à la saison prochaine.". La saison 7 devrait donc être particulièrement intéressante, loin d'être détruite, Cersei fera probablement tout ce qui est en son pouvoir pour rester sur le trône.

Lire aussi

Le Limier et Daenerys

Dans l'interview à Deadline, on apprend aussi que Le Limier (The Hound) n'aurait jamais survécu si celui qui l'interpréterait n'était autre que l'excellent Rory McCan. Quand on leur parle de Daenerys, les auteurs expliquent : "Daenerys a une confiance en elle sans faille et dans sa mission dans ce monde. Son sens de la destinée en fait un leader charismatique et une figure de messie. Elle a le meilleur conseiller sur la planète, Tyrion Lannister. Elle a trois dragons et l'armée des Immaculés et une horde de Dothraki. Qu'est-ce qui pourrait aller mal ?". C'est ce qu'on se demande quand à la fin de la saison 6, on la voit filer avec sa flotte vers Westeros. La dernière touche reste le (zombie) revenant, Jon Snow, David Benioff et D.B Weiss nous laisse sur cette phrase énigmatique : "La nature honorable de Jon a prouvé être un désavantage : un homme qui respecte les règles aura plus de mal à battre un autre qui ne les respecte pas. (...) La question sera de savoir si un homme honorable peut battre des ennemis sans honneurs."