Eric Zemmour est-il victime d’une vendetta médiatique ? Quatre mois après ses déclarations risquées dans la presse italienne, qui lui avaient valu son éviction de la chaîne i-Télé, Eric Zemmour est resté bien au chaud sur Paris Première avec son émission Zemmour et Naulleau. Il s’apprête d’ailleurs à apparaître en direct, ce lundi 4 mai à 20h40 sur la chaîne du groupe M6, pour une émission spéciale qui marquera le début des 2 dernières années de mandat de François Hollande. Mais si le polémiste semble toujours jouir d’une tribune médiatique en France, il ne manque pas de rappeler par quels moyens certains médias, et une partie de la classe politique, ont choisi de le faire taire, dans une interview pou Le Parisien paru ce 4 mai.

"Dans les régimes totalitaires, on ne sait jamais si on est attaqué par le haut ou par le bas"

En citant Soljenitsyne, célèbre auteur russe ayant dénoncé les crimes de l’URSS, Zemmour voit les choses en grand : et c’est bien comme une victime qu’il se présente encore ! "Comment appelez-vous le fait que le président de la République dise que mon livre n’est pas digne d’être lu, que le Premier ministre ou la société de journalistes de RTL demandent mon renvoi ?", interroge le chroniqueur et auteur du Suicide Français, l’un des plus grands succès en librairie de l’année 2014. En évoquant son renvoi de i-Télé en décembre dernier, Eric Zemmour parle ni plus ni moins d’une "mise à mort" et déclare : "Il y a clairement une volonté de m'éradiquer des médias de la part de certains(…) On essaie de m'éliminer petit à petit."

Des relations glaciales avec Laurent Ruquier

Après 5 années passées sur les plateaux de On n'est pas couché, entre 2006 et 2011, Laurent Ruquier avait dit de son ex-chroniqueur, en mars 2015, qu’il "regrettait" de lui avoir laissé si longtemps la parole. Une citation qui laisse Zemmour froid, et à laquelle il réplique : "Je ne souhaite pas polémiquer avec lui. Il dit ce qu’il veut, et les gens jugeront." Aymeric Caron, qui remplaçait Zemmour à la rentrée 2011, devrait laisser place à la saison prochaine à Yann Moix. Un choix que le polémiste Eric Zemmour ne désapprouve pas : "Je trouve Yann Moix sympathique et talentueux, nous avons eu de très bons échanges sur le plateau d’On n’est pas couché à l’époque. Je l’avais éreinté, mais il a su se défendre, c’était un combat à la loyale."