Shogun Tonight ! Vincent est arrivé en Afrique du Sud pour contaminer les Marseillais avec sa bonne humeur ! L'arrivée du Ch'tis a fait du bien au moral des candidats et... créé quelques tensions !

Staragora : Pourquoi as-tu accepté de rejoindre les Marseillais en Afrique du Sud ?

Vincent : J'adore les Marseillais, je suis très proche de Julien, Kevin ou Jess. Quand ils m'ont proposé de les rejoindre j'ai accepté avec grand plaisir : je ne suis jamais allé en Afrique du Sud et c'était un chouette pays. Voir la villa en arrivant c'était dément, le kiff ! Je suis venu pour mettre l'ambiance, faire la fête et... trouver l'amour.

Comment se sont passées tes retrouvailles avec Kim ?

Ça s'est très bien passé, j'étais très content de la voir. Elle a un caractère de ouf mais je ne me laisse plus faire. C'est vrai que Kim peut être jalouse... J'étais serré à mort et l'ambiance a pu rapidement devenir électrique...

Tu dirais que ta rupture avec Hillary a été bénéfique ?

Grace à cette rupture, j'ai plus de caractère... avant j'étais un beau canard. Aujourd'hui je suis plus homme, je ne me laisse plus marcher sur les pieds. Vous allez enfin voir Vincent qui ouvre sa bouche ! J'ai commencé sur W9 il  y a 5 ans, mais aujourd'hui j'ai grandi. Attention je ne vais pas devenir macho ! Je suis toujours gentil, mais avant j'avais peur de dire ce que je pensais... Je me sens mieux maintenant. Avant je n'avais pas de caractère, c'est bien beau d'être amoureux mais ne pas avoir son propre point de vue c'est triste.

Tu as rejoint les Marseillais en étant célibataire ?

Oui. Après Hillary j'ai eu quelques aventures pas sérieuses, j'ai vachement profité de la vie. Je ne fais plus confiance aux filles, on m'a tellement marché sur les pieds que maintenant pour être en couple il faut vraiment que je tombe sur la bonne personne. Je serai toujours gentil, mais si ça ne va pas la fille prend la porte ! J'ai été si mal... Aujourd'hui tout le monde me dit "tu n'es plus le même, tu es un vrai mec maintenant !". Avec Hillary, c'était moi qui faisait la fille, elle décidait de tout !

Quel est ton style de filles aujourd'hui ?

Je prends tout ! Avant j'étais fan des blondes et maintenant j'aime bien les brunes... Le problèmes c'est qu'elle ne sont pas souvent intéressées par les blonds (rires). Chez les Marseillais j'aimais bien Kim, Rawell ou Carla. J'aimais le tempérament des filles, par contre Carla est un peu princesse. Quand je l'ai vue elle m'a fait un peu penser à Hillary. C'est une très belle fille, et gentille, mais je ne veux plus ce genre de personnalité.

Un conseil à donner aux nouveaux ?

Il faut surtout être simple et ne pas essayer de vendre du rêve. Plus tu es naturel mieux c'est pour les gens, plus tu te la racontes et moins ils accrochent.

Comment expliques-tu que les Marseillais soient plus proches que les Ch'tis ?

C'est la question que je me pose souvent, parce qu'avant les Ch'tis étaient plus soudés. Il y a un an c'était différent. Mais depuis tout le monde s'est perdu de vue... Il y a eu tellement de rumeurs sur les uns et sur les autres, les conflits... Et puis il y a eu pas mal de tensions quand tous les couples se sont séparés. Je ne prends pas part à tout ça, je déteste les conflits. Mais j'espère que ça va repartir. Après tout, on est tous célibataires maintenant !

Où en sont les Ch'tis ?

J'en sais rien (rires). Je vois toujours Bilal, professionnellement Hillary de temps en temps. Gaelle et Jordan je n'ai pas de nouvelles. Tout le monde fait sa vie, je ne les vois pas forcément sauf Charles que je le connais depuis très longtemps. Quant à la raison pour laquelle il ne participe plus aux Ch'tis, ce n'est pas mes histoires. J'aime autant participer aux Ch'tis qu'aux Marseillais.

Tu penses parfois à l'arrêt de l'émission sur W9 ?

Si ça s’arrête je serai très déçu même si je n'y pense pas. Il faut garder les pieds sur terre et avoir un métier. Avant de rejoindre W9 j'étais barman et commercial. Mon rêve c'est de monter un bar afterwork mais il faut beaucoup d'argent. En tout cas je resterai dans le domaine de la nuit.

Propos recueillis par Ludivine Olives