"Je remercie W9 d'avoir cru à mes histoires de cruches". Nous sommes mardi 27 janvier et Vianney et sur la scène de la Cigale. Il vient chanter son tube "Pas là" devant un parterre de stars de la chanson française. Pourquoi ? Pour le Prix Talents W9 qui récompense depuis trois ans des artistes et leur offre une visibilité sur la chaîne pendant un an. Ce soir-là, c'est Julien Clerc qui est président du jury. A ses côtés Alex Beaupain, Marco Prince ou encore Emmanuel Marolle, journaliste au Parisien. Bref, le gratin est là. Et il observe les lauréats qui se succèdent un à un sur scène : Peter Peter, Brigitte, Christine and The Queens. Les finalistes viennent de divers horizons. Vianney, lui, est venu seul avec sa guitare. Devant son micro, on le sent un peu stressé mais c'est un bon stress. Celui nécessaire à tout artiste avant de monter sur scène.

La mèche est calée sur le côté, le visage est angélique et l'attitude est celle du jeune premier. Celle du garçon qui ne fait jamais un pas de travers, celui qui fait tout très bien. D'ailleurs, tout seul derrière son micro sur cette scène qui semblait un peu trop grande pour lui, il a très bien chanté. Il a même très bien fait chanter en cœur le public qui s'est pris au jeu du refrain en question-réponse : "mais t'es où ? Pas là". Le public n'aura d'ailleurs chanté que pour lui, ce soir-là, conquis. Il faut dire que sa chanson est drôlement bien ficelée. Sa voix pincée et chevrotante pourrait énerver, mais c'est le contraire. Elle plaît. Ses mélodies sont douces et amères. Vianney reprend les codes de la chanson populaire qui font mouche. Simples et efficaces, enrobées de sucre glace pour plaire aussi bien à l'adolescente qu'à sa maman, les chansons du jeune homme font sourire. Ce n'est pas tous les jours qu'on voit le mot "aisselles" apparaître des paroles. Aussi étrange que cela puisse paraître, les mots bizarres à l'oreille chantent ainsi de façon très agréable. La plume joyeuse, parfois naïve mais toujours incisive du jeune homme réussie là où beaucoup d'artistes des pseudos nouvelles vagues ou nouvelles générations ont échoué : renouveler la chanson française en apportant un vrai vent frais.

Ce mardi 27 janvier, il y avait en compétition Peter Peter, Brigitte, Christine and The Queens... Ce soir-là, Julien Clerc et ses compères ont décidé de récompenser le moins exposé des talents, pas le moins talentueux. C'est le Président du jury qui lui remettra le prix. Un symbole : un patron de la chanson française qui donne le témoin à l'une des étoiles montantes de la nouvelle génération. Le public, quant à lui, préférait donner son prix à Black M.