Dans On n’est pas couché, Laurent Ruquier exerce souvent le rôle du médiateur entre ses chroniqueurs Léa Salamé et Yann Moix et ses invités. Mais samedi 2 avril, l’animateur d’habitude jovial est quelque peu sorti de ses gonds. Il recevait sur son plateau son collègue de longue date Patrick Sébastien, venu défendre son livre Le vrai goût des tomates mûres. Et Laurent Ruquier n’a pas hésité à dire ce qu’il avait pensé de l’un des passages de l’ouvrage dans lequel il s’est senti particulièrement visé.

Laurent Ruquier exaspéré par Patrick Sébastien : "Y en a marre !"

Laurent Ruquier n’est pas réputé pour être langue de bois, mais il tempère souvent ses propos dans son émission On n’est pas couché. Pourtant, le 2 avril, l’animateur a tenu à dire ce qu’il avait sur le cœur à Patrick Sébastien, venu faire la promo de son dernier livre. Il y parle notamment des émissions qui se sont tenues au lendemain des attentats de Paris (survenus le 13 novembre 2015), dont le programme On est solidaire, qui avait remplacé On n’est pas couché cette semaine-là.

Patrick Sébastien a écrit dans son livre dont il assurait la promo chez Ruqhuier samedi soir : "Ils viendront tous étaler leur compassion, leur dégoût. Chacun s'indignera, proposera sa solution, cherchera des causes, des responsables. Avec en fond d'écran, en flot ininterrompu, l'avalanche d'images fortes, entre deux rafales de spots publicitaires." Laurent Ruquier n'a pas pu s'empêcher de demander des comptes à Patrick Sébastien sur cette déclaration très tranchée. Mal à l'aise, l’animateur du Plus grand cabaret du monde a tenté d’affirmer qu’il ne parlait pas de l’émission de Laurent Ruquier, mais ce dernier l’a interrompu, et a balancé très remonté : "On ne peut pas tout écrire et puis après dire 'Je ne l'ai pas écrit', Patrick ! J'ai été blessé quand j'ai lu ce passage. On a le droit d'être blessés, nous aussi, de temps en temps, Patrick ? J'ai été blessé car cette émission sur les attentats qu'on a faite, elle était particulièrement digne. Y en a marre qu'il n'y ait que vous qui ayez le droit de dire les choses, Patrick ! Moi aussi, j'ai le droit !" Patrick Sébastien a tant bien que mal tenté de s’expliquer, mais Laurent Ruquier a continué de s’insurger : "Y en a marre à la fin ! Y a que vous l'homme sensible, nous on ne serait pas sensibles… Mais nous aussi on est sensibles, on a le droit d'être blessés."

Eh oui, Patrick Sébastien n'est pas le seul à avoir un coeur et si lui a choisi de faire annuler son émission Ze Fiesta prévue le 14 novembre, il ne peut pas reprocher à d'autres d'avoir voulu débattre et comprendre. Se placer comme quelqu'un qui sait plus faire preuve de grandeur d'âme par rapport aux collègues, ça va 5 minutes. Le 2 avril chez Ruquier, il s'en est aussi pris plein la figure par les chroniqueurs, ce qui est presque le principe de l'émission.

Yann Moix, ancien enfant battu, s’en prend à Patrick Sébastien

En effet, Patrick Sébastien a également été clashé par Yann Moix, qui lui a reproché d'évoquer avec nostalgie la "violence light" avec "Le martinet sur les fesses, les torgnoles de comptoir, les bastons des bals musette, les pains des mêlées rugueuses". Yann Moix lui a reproché de comparer la violence infligée aux enfants (la fessée) et les bagarres entre adultes dans la même phrase. Il a carrément déclaré : "[...]Le mot violence et le mot light forment un oxymore. Ce sont deux mots qui ne se marient pas très bien. La violence light, ça n'existe pas. Cette phrase, c'est la phrase d'un salaud".

Après un débat houleux, Yann Moix a fini par laisser entendre qu’il avait lui-même été battu pendant son enfance : "Vous savez pourquoi je suis malade, comme vous dites? Parce que je les ai reçus ces coups… J'ai fait du rugby, je ne les sentais pas les coups. Par contre, quand mon père me fracassait la gueule, je les sentais." Si Patrick Sébastien entend, il n'a pas totalement compris l'énervement de Yann Moix et lui a répondu : "[…] Moi, j'ai vécu le martinet sur les fesses et ça m'a pas fait plus de mal que ça. […] Je n'encourage personne à le faire, mais moi j'ai vécu ça, j'ai vécu des tartes comme les mômes de ma génération. Franchement, ça ne nous a pas traumatisés." Et de conclure que l'enfance douloureuse de l'écrivain était "son problème".

Patrick Sébastien prend cher chez Ruquier