La rentrée littéraire est marquée par le comeback de Michel Houellebecq, l'écrivain torturé et tortueux, qui n'a rien sorti depuis 2010 et son La carte et le territoire et qui revient en grande pompe avec Soumission, en librairie le 7 janvier. Ce libre raconte l'arrivée au pouvoir d'un musulman suite à l'élection présidentielle de 2022. Allié au PS et à l'UMP pour barrer le FN, le parti "Fraternité musulmane" arrive en tête avec Mohammed Ben Abbes. Un nouveau président inquiétant qui nomme François Bayrou comme Premier ministre.

Très attendu, ce livre dont le pitch a été dévoilé par l'éditeur à la mi-décembre 2014, fait déjà couler beaucoup d'encre. Il est d'ailleurs victime d'une fuite et disponible en PDF sur internet depuis quelques jours. Plusieurs hommes politiques, dont François Hollande, affirment qu'ils liront le livre pour savoir de quoi il retourne. Le journaliste Ali Baddou a pour sa part déjà lu le roman et confie avoir "eu la gerbe". Ce soir sur France 2, Michel Houellebecq, "l'écrivain français le plus lu dans le monde", selon David Pujadas, s'exprime et parle de son livre. Voici les 5 infos à retenir de son intervention.

1 - Le goût de la polémique

Et si Michel Houellebecq était un provocateur qui aime la polémique ? C'est la question de David Pujadas qui pose la question à l'écrivain qui répond : "Je ne peux pas dire que j'aime; Je ne vais pas éviter un sujet car il est polémique. Il faut tout traiter."

2 - Houellebecq croit à son délire

Quand on écoute et lit Michel Houellebecq, il a l'air de totalement croire à sa politique-fiction. Et c'est le cas puisqu'il déclare que "C'est possible, mais pas à aussi court terme. C'est une vraie possibilité. " Pour que la réalité rejoigne la fiction, selon Michel Houellebecq, il faut "quelqu'un de très doué, ambitieux. A la hauteur de Napoléon."

3 - Et si Houellebecq jouait avec les peurs ?

Michel Houellebecq l'a dit, il n'a pas l'intention d'éviter les polémiques. Mais serait-il un agitateur ? Il explique : "C'est la première partie du livre qui est censée faire peur." Pour le reste, Michel Houellebecq pense qu'on en fait trop.

4 - Une fixette sur Napoléon ?

Plusieurs fois, Michel Houellebecq compare son personnage Mohammed Ben Abbes à Napoléon pour son côté stratège et diplomate. A la différence que lui parvient à s'imposer sans faire la guerre. Il explique : "Les hommes politiques ne sont pas des hommes comme nous. En Egypte, Napoléon n'aurait pas hésité à se convertir à l'islam si ça avait servi ses intérêts."

5 - Marine Le Pen peut remercier Michel Houellebecq ?

Et si avec son roman Michel Houellebecq servait l'élection de Marine Le Pen en 2017 sur un plateau ? C'est la question de David Pujadas qui a droit à une réponse sereine de Michel Houellebecq qui affirme : "Y'a pas besoin de ça. Ça marche assez bien pour elle. Ça ne change pas grand-chose à son destin."