On parie que tous ceux qui ont découvert Kev Adams en tournée sont immédiatement tombés sous le charme de Marvin Dupré. Ce musicien et chanteur a assuré la première partie de l'humoriste en relevant un sacré défi : émouvoir un public venu passer une soirée à rire ! Pari réussi : ses morceaux ont emballé les spectateurs. Cette année, Marvin Dupré sort son premier album Le Jour Se Lève présenté par son single La Foudre. On le retrouve dans nos locaux, souriant et enthousiaste. Avec ses grands yeux brillants et son rire communicatif, il répond à nos questions spontanément avec une rare modestie. Croyez-nous, il ira loin !

Staragora : Peux-tu décrire ta musique en trois mots ?

Marvin Dupré :Je dirais qu'on est sur quelque chose de sincère, mélodique et pop !

Tu as commencé en étant comédien, comment passe-t-on de la comédie à la musique ?

La comédie c'était vraiment le métier que je voulais faire et ça s'annonçait pas trop mal. Je faisais du théâtre, de la télé... Et la musique c'était au contraire une passion que je ne voyais pas du tout comme un métier. Je chantais en yahourt pour simplement m'amuser jusqu'à ce que mes compositions prennent de l'ampleur et que je me dise "tiens, si je rajoutais des paroles ?". Finalement la musique est devenue beaucoup plus concrête que le cinéma et je me suis dis... c'est parti ! J'avais plus de sensations en chantant et composant que devant une caméra.

Ce n'est pas effrayant de commencer à te produire sur scène ?

J'ai eu la chance de connaître un peu la scène grâce au théâtre. Mais c'est vrai que c'est effrayant, notamment parce qu'on ne défend pas le texte de quelqu'un d'autre ! Là je raconte mon histoire perso, je suis à nu. Que les critiques soient bonnes ou mauvaises, c'est moi de A à Z.

Comment as-tu rencontré Kev Adams ?

On s'est connus grâce à un ami en commun et il m'a proposé de faire sa première partie, il trouvait ma voix atypique. Il m'a proposé t'imagine bien que je lui ai dis : "Carrement je fonce !". Aujourd'hui c'est un super pote.

Quel accueil t'a réservé le public ?

Je suis chanceux, la première partie est bien ficelée. Je démarre doucement avec une ballade guitare-voix, un mashup qui permet aux gens de participer et je joue mes chansons, ça monte crescendo. J'adore le contact avec les gens, ils sont vraiment très cool !

Quelles sont tes influences ?

Je pioche un petit peu partout. Je pense que le groupe Coldplay est exceptionnel. Après j'ai un côté folk avec des instruments comme la guitare ou le piano qu'on retrouve beaucoup dans mon album. Je suis un fan inconditionnel de Bon Iver. José Gonzales est mon idole de toujours, c'est bien loin de ce que je fais mais ça m'a bercé. En ce moment je trouve Imagine Fragon très fort c'est monstrueux en prod'. Ce qui me plaît, et que j'ai essayé de reproduire dans cet album, c'est de donner une place importante au piano et à la guitare, avec des refrains bien distincts.

Tu cites des groupes américains, et pourtant tu chantes en français !

Au début, dans ma petite chambre, je chantais en anglais. C'était la facilité : c'est une langue pop et rock de base. En français, ça peut vite devenir de la variété ! C'est toujours difficile, mais je trouve plus sincère de raconter une histoire en français au public. J'écris de façon naturelle, simple, je n'ai pas envie d'utiliser de métaphores, de passer par des images farfelues en passant pour un poète. C'est moi, j'ai pas besoin d'en rajouter.

Parle nous un peu de ton titre La Foudre !

C'est un morceau qui parle du coup de foudre. Je l'ai écrit en pensant à un coup de foudre amoureux, mais je suis resté évasif pour que tout le monde s'y retrouve. Le coup de foudre, c'est une rencontre unique et étrange... En un regard on peut imaginer toute sa vie avec la personne que l'on vient de rencontrer. Quand ça m'est arrivé je me suis dit : "C'est délirant !" En trois secondes je croise une fille et je me dis whaou... C'est... fort. (sourire)

Tu pourrais avoir un coup de foudre pour quel genre de fille ?

Ce que j'aime le plus c'est le naturel. Une fille simple et nature ça dépasse tellement tous les artifices au monde. Quand je vais dans une boite et que je vois une fille avec ses petites baskets de la journée, elle attire immédiatement mon attention. Enfin après, c'est personnel, chacun son genre (sourire timide).

Ton titre Promesse m'a intriguée ! Tu as senti que certains de tes proches étaient juste intéressés par ta carrière ?

J'ai écrit ce titre aux prémices de ma petite carrière. Je me rappelle très bien que j'avais ma page Facebook où je partageaix mes covers, il n'y avait que mes potes (rires). Et puis j'ai tourné avec Polydor, Universal. Dans la tête des gens c'était un gros truc. Et d'un coup, j'ai eu des messages de gens à qui je ne parlais presque pas qui voulaient absolument me voir... J'ai senti un petit intérêt... Alors que je n'avais encore rien fait ! (rires) J’avais l'impression de devoir faire le tri entre les gens vrais et ceux qui me disaient : "Mais attend, je chante aussi !" (rires). Ça m'a fait bizarre, c'est pour ça que j'ai voulu écrire dessus. Après, je serais heureux de donner un coup de main à quelqu'un qui est talentueux, comme Kev l'a fait avec moi !

Tu es actif sur les réseaux sociaux ?

En tant que fan, je suis Bon Iver et Coldplay sur Twitter, et je kiff quand je découvre des nouveaux morceaux ou des photos d'eux en studio. Si, quand je suis en repet', j'ai l'opportunité de faire partager un moment et d'avoir l'avis des internautes, carrément ! C'est un truc que j'adore. Même si je ne suis pas du genre à tweeter "ce soir je mange des spaghettis à la bolognaise hashtag dîner!" (rires)

Quels sont tes projets cette année ?

Alors il y a eu la sortie de mon single La Foudre et on a des bons retours ! Au printemps mon album Le Jour Se Lève va sortir. Il y aura peut-être encore des premières parties de Kev, donc c'est trop cool ! Je trouve ça génial de le voir si heureux pour moi, il est très fier de ce premier single. Il est tellement sincère, je suis fan !

Propos recueillis par Ludivine Olives