L’homme marié au cœur de cette partie à 3 aurait reçu des menaces qui auraient tourné au harcèlement, et qui visent aussi bien le couple que la presse britannique. Ce 8 avril, le Daily Mail a évoqué l’infidélité d’une star millionnaire avec un couple, avec tous les détails croustillants. Une censure est imposée par les avocats de la célébrité, vraisemblablement prêts à aller très loin pour que la vie privée de leur client soit respectée.

Le couple victime de menaces et de harcèlement

"Nous avons été menacés de parjure, d’outrage à la justice et de prison, tout ça pour avoir dit la vérité au sujet de cette partie à trois", a révélé l’un des membres du couple au journal britannique The Sun. Elle continue : "Nous avons eu des appels et des messages interminables de la part des avocats de la star, et nous avons même reçu une lettre de menace, glissée directement sous notre porte".

Pas de doute, les avocats du mystérieux Mr X, une star célèbre, mariée et père de famille, ont mis en place une armada juridique lourde pour contraindre au silence les ex-partenaires de leur client. Quitte à imposer une censure sur tous les articles publiés par les tabloïds britanniques sur l’affaire.

Les avocats de la star musellent la presse britannique

L’histoire est pourtant désormais bien connue des Américains, mais aussi des Twittos qui se sont passionnés pour le hashtag #threesomegate (l’affaire de la partie à 3). Si les avocats de la star ont obtenu une injonction auprès des tribunaux britanniques pour interdire les paparazzis de Grande-Bretagne d’évoquer les identités des participants, ils ont en réalité réussi à créer un véritable buzz autour de ce scandale. Qui parle encore du Celebgate et des photos nues de JLaw ?

Résultat : les twittos s’en donnent à cœur joie pour tourner en ridicule toute l’histoire :
@grantfeller : ‘’Chère célébrité secrète, chers avocats, 1ère règle des injonctions : elles rendent les journalistes encore plus voraces.’’
@COnnieB : ‘’Une recherche rapide sur Twitter permet d’obtenir une suggestion des noms des participants au #threesomegate… Si ce sont des adultes consentants, on s’en fiche’’

Ecrit par Lauren Mezière