Il y a une dizaine d'années, la folie Harry Potter était à son apogée. A chaque sortie des 8 tomes de la saga écrite par J.K. Rowling, les fans du monde entier étaient au taquet pour acheter leur précieux livre. Et pour garder le plus grand secret sur les différentes intrigues des tomes, il a fallu demander de l'aide à James Bond... enfin presque.

James Bond au service de Harry Potter

Avant la sortie en librairie de Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, la sécurité était au maximum, à un point qu'on ne soupçonnait même pas. Tous les moyens ont été mis en oeuvre pour garantir le secret autour de cette nouvelle intrigue des aventures de Harry, Hermione et Ron. Pour se faire, une organisation gouvernementale a même été appelée à la rescousse.

C'est dans une interview pour  BBC qu'il a donnée hier, 10 avril, que Nigel Newton, chargé de la société d’édition qui s'occupe de la saga Harry Potter, a fait cette révélation. C'est GCHQ (Government Communications Head Quarters), une organisation gouvernementale basée en Grande-Bretagne qui s'est chargée de cette affaire. Et si vous n'avez jamais entendu parler du GCHQ, c'est normal , car le GCHQ ne veut pas que vous sachiez qui ils sont. Cette organisation quasi secrète travaille à maintenir la sécurité du pays en surveillant les cyberattaques possibles et les différents réseaux sociaux.

Payé pour fouiller les poubelles

Ainsi, le GCHQ a envoyé "ses espions" sur le terrain : ils avaient pour consigne de repérer ceux qui pourraient être à l'origine de potentielles fuites du livre Harry Potter et Le Prince de sang-mêlé. Pour cela, ils devaient stopper les petits malins qui avaient été payés pour se procurer des copies ou des brouillons du 6e volet des aventures de Harry Potter.

Nigel Newton a même confié que certains fouillaient carrément dans les poubelles de J.K. Rowling à l'époque, dans l'espoir de trouver des brouillons du manuscrit. Eh bah, certains ne reculent devant rien !

Ecrit par Océane CO