Hier, lundi 19 octobre, Frédéric Mitterand en appelait à la censure à l'encontre du rappeur Morsay pour la violence inouïe des paroles de sa chanson J'ai 40 meufs.

Alors qu'il avait ouvertement défendu, contre l'avis des féministes, le rappeur Orelsan l'été dernier et son titre Sale Pute, cette fois le Ministre de la culture ne laissera pas passer le dérapage verbal de Morsay, sombre rappeur parisien qui écoule sa marchandise sous le manteau aux abords des puces de St Ouen.

Dans son communiqué, Frédéric Mitterrand a en effet rappelé que"la liberté d'expression ne doit pas être le prétexte à des dérives incitant à la haine ou à la violence" .

Dans son clip -retiré d'ailleurs depuis par YouTube- on voit le rappeur balancer un nombre incalculable d'insultes telles que"Nique la police, Nique les Skinheads", avec en arrière plan un groupe de jeunes sauvageons armés de pistolets.

Même si elle est soutenue par la majorité des syndicats de police, cette nouvelle montée aux créneaux de Frédéric Mitterrand est fragilisée par la dernière polémique dont il a fait l'objet.

En attendant, Morsay n'en démord pas, et continue de provoquer. En effet, dans une vidéo de 10 minutes le jeune homme répond aux critiques dans la plus grande ... poésie. Attention tout le monde en prend pour son grade !

Étonnante réaction de la part d'un homme alors qu'il révendique sur son site défendre les femmes battues...

Finalement sans l'aide du ministre, le rappeur n'aurait jamais pu se payer une telle pub !