La liste des nominés pour le grand prix d'Angoulême a été révélée mardi 5 janvier 2015 et... a fait scandale. Sur les trente noms cités, aucun de femme. Ces nominations jugées sexistes par certains internautes n'ont pas échappé à Riad Sattouf qui a publié sur Facebook : "J'ai découvert que j'étais dans la liste des nominés au grand prix du festival d'Angoulême de cette année. Cela m'a fait très plaisir !  Mais, il se trouve que cette liste ne comprend que des hommes. Cela me gêne, car il y a beaucoup de grandes artistes qui mériteraient d'y être.". En tout simplicité, le dessinateur a ajouté : "Je préfère donc céder ma place à par exemple, Rumiko Takahashi, Julie Doucet, Anouk Ricard, Marjane Satrapi, Catherine Meurisse (je vais pas faire la liste de tous les gens que j'aime bien hein !)... Je demande ainsi à être retiré de cette liste, en espérant toutefois pouvoir la réintégrer le jour où elle sera plus paritaire! Merci! On se voit à Angoulême!". Une initiative saluée par de nombreux internautes et autres dessinateurs nommés.

Joann Sfar et Daniel Clowes réagissent

Mercredi 6 janvier 2015, Joann Sfar a publié sur Facebook : "Bien entendu, je soutiens à mille pour cent la démarche de Riad. Aucun auteur ne peut souhaiter figurer sur une liste entièrement masculine. Cela enverrait un message désastreux à une profession qui de toutes parts se féminise. Bien entendu, je demande que mon nom soit retiré de la liste des nommés.". Joann Sfarr a été suivi par l'auteur Daniel Clowes : "Je soutiens le boycott du festival d'Angoulême et je demande que mon nom ne soit pas considéré pour quelque "honneur" devenu complètement absurde. Quelle débâcle ridicule et embarrassante".

Et les dessinatrices dans tout ça ?

La démarche de ces trois auteurs a été saluée par plusieurs dessinatrices dont Pénélope Bagieu qui a tweeté un "bravo Riad". Marion Montaigne et Diglee ont relayé un article de bdegalite.org. Le "Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme" dénonce "cette discrimination évidente, cette négation totale de notre représentativité dans un médium qui compte de plus en plus de femmes" et "appelle au boycott du Grand Prix 2016. Nous ne voterons pas.".