Vous êtes accro à Making a Murderer, la série évènement de Netflix ? Ce documentaire pourrait bien vous plaire !

Satanisme et homophobie

Des procès aussi injustes que celui de Steven Avery, raconté dans la série documentaire Making a Murderer, diffusée sur Netflix nous donnent envie d'exprimer notre outrage et notre dégoût du système judiciaire américain. Si vous aussi vous avez eu envie de hurler à la fin du procès de Avery, vous risquez d'aimer ce documentaire. Il raconte l'histoire du procès d' Elizabeth Ramirez, Anna Vasquez, Kristie Mayhugh et Cassandra Rivera qui ont été emprisonnées en 1994 après que deux nièces de Ramirez les ont accusées de les avoir abusées sexuellement. Ce n'est pas tout, les nièces (des enfants à l'époque de leurs accusations) ont aussi accusé les jeunes femmes de les avoir forcé à pratiquer des rituels sataniques.

Un procès injuste

Après avoir entendu de pareilles accusations, n'importe qui aurait envie d'envoyer ses femmes en prison jusqu'à la fin de leurs jours. Mais c'est là où est le twist, tout comme dans Making a Murderer, les jeunes femmes n'ont pas été jugées de manière équitable. Pourquoi ? Parce qu'elles étaient lesbiennes. Comme le montre le trailer (visible à la fin de l'article) la cour s'est focalisée sur leur orientation sexuelle. Le fait qu'elles soient accusées par des enfants a rendu leur défense encore plus compliquée. Ce documentaire a été réalisé par la journaliste Deborah S. Esquenazi et l'Innocence Project of Texas, une association œuvrent à démontrer l'innocence de personnes condamnées par erreur. La réalisatrice voulait donner une chance à ces femmes, condamnées à tort selon elle. Et même s'il est évident que les accusations d'abus sur mineur ne sont jamais à prendre à la légère, ces femmes devraient avoir le droit de prouver leur innocence. Le film devrait sortir très rapidement en salle et qui sait, peut-être corriger une injustice.

Le trailer du documentaire Southwest of Salem: the Story of the San Antonio Four


Écrit par Pauline Morsli