Maintenant qu'elle n'a plus son rôle de Première Dame à assurer, Carla Bruni s'est recentrée sur sa musique. L'épouse de l'ex-Président Nicolas Sarkozy évite donc de parler politique, autant que possible. Dans une interview qu'elle a accordé au magazine Psychologies, elle s'est pourtant confiée sans tabou, à l'occasion de la sortie de son tout nouvel album, Little French Songs.

"Perdre mes kilos m'a pris un an"

Contrairement à d'autres célébrités qui préfèrent préserver leur vie privée un maximum, Carla Bruni n'hésite pas à dévoiler des parcelles de sa vie intime. Elle parle par exemple de son rôle de maman : en octobre 2011 elle a accouché de Giulia, mais elle était déjà maman d'un petit Aurélien : "Je crois être stable avec mes enfants. Très solide et présente. Pas seulement pour eux mais aussi pour moi."

Et elle tient à rassurer les autres femmes : cet ancien mannequin a eu autant de mal que n'importe qui à perdre ses kilos en trop après ses accouchements : "Perdre mes kilos de grossesse m'a pris un an à chaque fois ! Il est certain que si j'avais eu beaucoup d'enfants, ma vie aurait eu un tout autre profil : celui d'un bon 46 !"

"La chirurgie, ça fait une tête curieuse"

Malgré tout, Carla Bruni est encore une très belle femme. Mais elle avoue sans complexe que le temps qui passe est parfois difficile à vivre : "Je trouve ça assez terrible. Mais que peut-on y faire ? Si vous me disiez : il existe un élixir qui réussit à tous les coups et vous ramène définitivement à vos 25 ans, je ne serais pas contre, sauf que cela n'existe pas." Pourtant, de nombreuses femmes ont eu recours à la chirurgie, pour pallier le manque de ce fameux élixir.

Beaucoup se demandent d'ailleurs si la chanteuse elle-même ne serait pas passée sous le bistouri... Une idée qu'elle réfute totalement : "Je soigne ma peau, j'ai fait des peelings, des soins à la lumière pulsée, mais pas de chirurgie, je trouve que cela fait une tête curieuse. Et puis certains détails de notre corps ne peuvent pas échapper au temps."

"Je me suis sentie vulnérable"

Carla Bruni a également accepté de revenir sur les années qu'elle a passées à la présidence, aux côtés de son mari. Si elle évite de parler politique, elle se confie sans mal sur la manière dont elle a ressenti cette période pendant laquelle elle était Première Dame : "C'est une position où on est très protégée et où pourtant, on se sent très vulnérable. Oui, c'est bien le moment de ma vie où je me suis sentie le plus vulnérable, plus encore que durant mon enfance. (...) En tant que personne, en tant qu'être humain : tout le monde semble vouloir se jeter sur vous, tout le monde exige quelque chose, c'est très déconcertant."

Enfin, contrairement à beaucoup d'autres, Carla Bruni parle sans complexe de son analyse, et de ses rendez-vous réguliers chez le psychologue : "Aujourd'hui, j'y vais une à deux fois par semaine, selon les possibilités. Je suis assez perfectionniste. Et puis j'adore cet exercice : il m'apprend à ne m'en remettre qu'à moi-même, et c'est un soulagement. En cas de tension ou de difficulté, ne pas être tentée de tout attendre des autres, se sentir seule responsable, cela m'apaise vraiment !"

M.L-S.