Si les musiciens du groupe de rock ont réussi à évacuer la salle sains et saufs, il n’en va pas de même avec tous les membres de leur équipe : au moins 3 personnes, dont 1 Français, auraient péri sous les balles des terroristes. Pour l’heure, le groupe serait retourné dans son pays, et observerait, à l’égard de ces événements tragiques, la plus absolue discrétion.

Eagle of the Death Metal annule sa tournée, silence radio sur les réseaux sociaux

Samedi 14 novembre, le producteur français du groupe californien a annoncé l’annulation de leur tournée européenne et le retour au pays des musiciens, tous sains et saufs. Les membres du groupe ont en effet réussi à se réfugier dans le commissariat le plus proche le soir du 13 novembre, lorsque le Bataclan est pris pour cible par les terroristes. Depuis lors, les nouvelles du groupe se sont fait rares : leur entourage a pu confirmer qu’ils ne faisaient pas partie des victimes, et un message rédigé sur Facebook dresse l’état des lieux, le 14 novembre à 0h44 : "Nous sommes encore en Train de déterminer si tous les membres du groupe et de l’équipe sont en sécurité, et où il se trouvent. Nos pensées vont aux victimes de cette tragédie". Pour l’heure, aucune réaction des membres du groupe sur les réseaux sociaux, malgré le drame dont ils ont été les témoins directs, et qui a causé la mort de 89 personnes. Trois des membres de leur équipe n’ont pourtant pas réchappé à l’attaque.

Le témoignage émouvant de la petite amie de Nick Alexander, membre de l’équipe des Eagles Of Death Metal

On connait depuis hier matin le nombre de victimes dans l’équipe du groupe américain. Leur ingénieur du son, qui n’a pas réussi à s’échapper avec le groupe, mais également Thomas Ayad, chef de produit pour Mercury, et notamment pour Eagles of Death Metal. "Il avait la musiquechevillée au corps", a déclaré son collègue Pierre Veillet à nos confrères du Parisien dans un article du 16 novembre. Quant à Nick Alexander, 3e membre de l’équipe victime du drame, il était responsable du merchandising pour le groupe. Il se trouvait à l’extérieur de la salle du Bataclan en compagnie de son ex-petite amie Helen Wilson, quand les terroristes ont fait irruption et ont commencé à tirer à l’aveugle. La mort du Britannique de 36 ans a été confirmé par ses proches dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 novembre, dans un communiqué officiel. Polina Buckley, sa petite amie actuelle, avait tenté désespérément de retrouver la trace de Nick Alexander par le biais des réseaux sociaux. Une fois la nouvelle de sa mort confirmée, la jeune femme a rendu un hommage émouvant à "l’amour de sa vie" sur sa page Facebook : "il y a 3 ans aujourd’hui, je te rencontrais au coin de East 15th et Irving Pl. Je suis tombée amoureuse de toi dès le moment où je t’ai vu. C’est la relation la plus aimante, la plus passionnée et la plus mémorable que j’ai jamais connue. Tu étais mon tout. Mon amant, mon meilleur ami, mon âme-sœur. Je suis complètement anéantie et j’ai le cœur brisé aujourd’hui. Tu me manqueras terriblement. Dors bien, mon doux Prince. Je t’aimerai toujours.’’ Polina Buckley n’a pas pu contenir ses larmes devant le consulat français à New York, où un groupe s’est rassemblé le week-end dernier pour rendre hommage aux victimes.

A lire aussi :

Les hommages de New York aux victimes des attentats

Les hommages des sportifs après les attentats de Paris

Les dessins qui rendent hommage aux victimes des attentats sur la toile