Akon a fait le déplacement jusqu'au Maroc pour assister au grand Festival Mawazine qui se déroule à Rabat du 29 mai au 6 juin. L'artiste international a répondu à nos questions lors d'une conférence de presse où il a abordé des thèmes aussi variés que sa musique, son action de charité en Afrique ou encore la religion. Musulman, Akon arrive à allier foi et showbiz et a donné sa vision de l'islam avec sincérité et sans jugement. Humble, posé et généreux, Akon se sert de sa célébrité et de son argent pour faire le bien autour de lui. Qui dit mieux ?

On ne le sait pas forcément, mais Akon a vécu enfant au Sénégal. Il est très attaché à l'Afrique où il mène divers projets comme Akon Lighting Africa, un projet qui permet d'apporter de l'électricité en Afrique, dans les zones qui en ont cruellement besoin, en transformant l'énergie solaire. Concernant cette action caritative, le chanteur déclare : "C'est un projet unique. On a vraiment besoin d'électricité en Afrique. C'est en allant dans ses villages pour faire des concerts que je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas d'électricité. Ça m'a permet de comprendre le problème de développement en Afrique car sans électricité on ne peut pas construire des infrastructures."

Côté musique, Akon est un modèle pour les jeunes artistes, tout particulièrement en Afrique et au Maghreb où il est très apprécié. Son conseil aux jeunes qui démarrent dans la musique est le suivant : "La musique change des vies et permet de communiquer même sans parler la même langue. Elle connecte les gens et crée une énergie positive. Mon conseil aux jeunes artistes et d'être soi-même et d'utiliser la musique comme un outil pour identifier qui on est et ce qu'on représente. Des gens à travers le monde s'identifient rapidement à vous."

Akon a aussi donné des infos sur son prochain album intitulé Stadium. Annoncé depuis quelque temps déjà, le projet a été repoussé plusieurs fois. Akon s'en explique et déclare : "L'album va sortir cette année, c'est sûr. Il y a eu pas mal de problèmes dans l'industrie du disque ces 5 dernières années. Mon dernier album sorti en 2008. Le nouvel album devait sortir en 2010 pendant la Coupe du Monde en Afrique du Sud, mais il y a eu des difficultés dans le business, des gens ont perdu leur travail et j'en est pâti. Je ne voulais pas sortir cet album sans pouvoir en faire la promo et sans marketing. Alors j'ai attendu que les choses s'arrangent. Et grâce à mes diverses activités en dehors de la musique, j'ai pu racheter mon contrat et faire les choses à ma manière. Un nouveau label.."

D'ailleurs sur cet album, on retrouvera le producteur marocain Redone que Akon considère comme un frère. Ils ont déjà collaboré ensemble et ça a été un plaisir. Akon aime le Maroc et 9 ans après son concert à Casablanca, il garde un souvenir impérissable du pays. Il déclare : "C'est la chose la plus folle et la plus vraie que j'ai faite. La foule était en délire et on en parle encore, c'est la foule la plus démente qu'on n'a jamais vue. Tout le monde a hâte de jouer ce soir [au festival Mawazine, ndlr]. Partout où on va, on compare l'ambiance au Maroc. Il y a 9 ans ma carrière démarrait et être face à une foule si motivée, c'est ce dont j'ai toujours rêvé. Vous les Marocains vous êtes comme des frères et soeurs. Et ce soir ça sera encore plus fou." C'est d'ailleurs sans hésitation que Akon a accepté de venir jouer au Mawazine. Il affirme : "J'ai dit oui avant même d'entendre la fin de l'offre. Je n'ai même pas demandé le prix. Sans savoir le cachet. Je n'ai pas demandé combien j'allais gagné, j'ai accepté direct."

Enfin, Akon a parlé de religion. Comme il est musulman, certains peuvent considéré sa musique comme "haram" à savoir interdite par l'islam. Sur ce point, Akon a été très clair et a expliqué : "J'ai grandi au Sénégal et selon là d'où on vient la musique est considérée comme "haram". Il a toujours ce débat sur la musique dans l'islam. Mais pour moi le plus important quand on fait de la musique c'est l'intention qu'on y met. Quand on regarde la prière en islam, elle est chantée. On prie en chantant. C'est impossible que la musique soit haram, on prie de façon mélodieuse. Personne de censé ne peut penser que la musique est haram, mais ce n'est que mon avis. Mes propos n'engagent que moi. Mais demandez à n'importe quel imam, chacun à son avis. il faut suivre son coeur et si vous faites de la musique, faites le bien avec. La musique offre des opportunités que les gens normaux n'ont pas. On n'est pas là pour juger et Dieu seul est juge. Faites ce que vous voulez tant que vous faites le bien". C'est sous une pluie d'applaudissements que la réponse d'Akon a été accueillie par la presse.

Enfin, Akon a rappelé son engagement et la volonté d'utiliser sa notoriété et son argent pour aider les autres. Il ne considère pas faire de l'humanitaire, mais du profit, du profit qui profite justement aux autres. Il conclut : "Je choisis des activités qui vont aider les gens. Peu de gens ont la chance d'avoir été choisis par Dieu pour avoir le pouvoir d'aider. On a toujours le choix. Si je dois faire de l'argent, autant en faire tout en aidant les autres.  C'est ma vision du business. Quand on me fait une offre, je demande toujours si ça profitera aux autres.

Ce soir, à 20h45, Akon donne rendez-vous à ses fans sur la scène OLM Souissi pour un concert qui s'annonce à son image : généreux, simple et plein de bonnes vibrations. La veille, on assisté avec plaisir au concert de Placebo. Pour en savoir plus sur le festival Mawazine et son président, c'est ICI.