Abidal : "C’est Dieu qui nous donne la force"

Publié
Abidal : "C’est Dieu qui nous donne la force"

Eric Abidal revient sur la terrible épreuve qu'il a affrontée et parle avec sérénité de son avenir.

"C’est une étape de la vie. Il fallait lutter pour y arriver. Tout le monde a été surpris par la rapidité de mon retour. Moi y compris." Ce jeudi, Eric Abidal se confie au Parisien.

Celui qui vient d'avoir la confiance de Laurent Blanc pour le match contre la Biélorussie évoque une maladie, cette tumeur au foie, qui aurait pu, qui aurait dû, lui faire arrêter le football. Mais à 31 ans, le défenseur du FC Barcelone a montré un courage incroyable et une rapidité de guérison hors du commun.

"Je ne suis pas à 100%. Je n’ai pas retrouvé mon poids de forme par exemple. Il me faut encore reprendre 3 kg. Ça va être difficile vu que je n’ai réussi à prendre que 4 kg de muscles en dix ans! Mais on est sur terre et c’est Dieu qui nous donne la force."

Une victoire contre le mal qui a fait grandir celui qui, ne l'oublions pas, fit partie du fiasco en Afrique du Sud.

"Cela a renforcé ma foi. Avant, je faisais des dons pour la lutte contre le cancer mais sans me mettre en avant. Là, je vais plus m’investir. J’ai reçu beaucoup de sollicitations. Et j’ai pris du recul sur la vie. J’ai réalisé que les petits plaisirs financiers que je me faisais ne donnaient pas la santé. J’ai revendu toutes mes voitures pour aider des associations. J’ai réalisé qu’il vaut mieux s’acheter une 205 que rouler en Ferrari. L’important, ce n’est pas la beauté."

Vivement félicité par Alou Diarra, Patrice Evra et Florent Malouda, Eric Abidal évoque également la Champions League gagnée avec le FC Barcelone le weekend dernier et notamment le fait d'avoir soulevé le trophée en tant que capitaine.

"Ça fait partie des meilleurs moments de ma carrière. Tout était vraiment énorme : quand j’ai appris une heure avant le match que je serais titulaire, la victoire, le geste de Puyol qui me remet le brassard et, bien sûr, quand je soulève la coupe (...) Il n’y a pas de mots, on a l’impression que le temps s’arrête. Je revois en flashs tous les grands joueurs qui ont soulevé le trophée avant moi. C’est un honneur et une image qui va rester à vie."

Eric Abidal de retour chez les Bleus

Les avis des internautes