La saison des festivals est lancée ! Cette année, on ouvre les hostilités avec le Weather Festival, évènement montant de la scène électro à Paris. Grosse frayeur tout de même cette semaine : intempéries et inondations ont laissé pensé un temps que le festival pourrait être touché… C’était sans compter la scène du Bourget ! 1 000 artistes vont se presser sur le tarmac pendant trois jours pour offrir aux 50 000 spectateurs des nuits agitées. Goudron et scènes couvertes, nous n’avions rien à craindre de la pluie. Heureusement, cette dernière était aux abonnés absents !

Une claque signée Henrik Schwarz

Le festival a ouvert ses portes vendredi 3 juin 2016 à 20h. Pour cette première soirée, deux scènes principales étaient accessibles : la scène printemps et la scène automne, sans compter sur la scène alternative du Camion Bazar avec Nicorus et Rocko Garoni du Sisyphos. Bonne humeur au programme ! On ouvre les hostilités avec le Français EinKa qui nous fait voyager jusqu’à 22h puis la Parisienne Molly et son set efficace. Les choses commencent à devenir vraiment sérieuses avec Tuskegee, composé de Seth Troxler (Détroit) et The Martinez Brothers (New York) pour un live hyper énergique. Après avoir profité de la scène printemps pendant un long moment nous nous rendons à la scène couverte automne. On découvre Adam Beyer B2B Ida Engberg, deux DJs suédois mariés. Le résultat est loin d'être fleur bleue : un show halluciné qui mêle techno, hip-hop et acide. Mention spéciale pour la scénographie dingue ! Le moment que nous attendions, c'était le live de Henrik Schwarz et nous n'avons pas été déçus. La foule s'agglutine devant la scène et c'est parti pour 1h30 de show puissant, des titres qui mixent deep house, influences jazzy, des remix improbables et même quelques sonorités africaines. Grand moment.

Bilan du  vendredi 3 juin

Et l'organisation dans tout ça ? Plutôt top. Le système de bracelets cashless nous permet de ne pas attendre. D'ailleurs, nous ne faisons la queue nulle part : ni aux WC, ni aux bars et l'espace devant les scènes est tellement grand que nous pouvons danser tranquillement sans être agglutinés les uns aux autres. Résultat ? Une première soirée réussie, une ambiance bon enfant, de la bonne humeur devant chaque scène et le temps qui passe... sans qu'on s'en rende compte. Pour découvrir la suite de la programmation du Weather Festival, c'est par ici !