We Love Green, session 2, c'est parti ! Le deuxième jour du festival a été aussi fort en émotions que le premier jour avec peut-être... plus de boue. Oui, c'est possible ! La timetable a dû être, comme la veille, réorganisée. Problème pour beaucoup : la mise à jour des heures de passage de chaque artiste n'a été partagée que sur les réseaux sociaux du We Love seulement à 15h... Retour sur nos coups de cœur lors de la journée 2 du festival.

Un dimanche aussi planant que dansant

On ouvre les hostilités avec Savages, et autant dire qu'on attaque fort ! Ce groupe de rock britannique 100% féminin a su mettre le feu et réveiller les festivaliers. Les 4 filles ont enchaîné les titres de leurs albums Silence Yourself et Adore Life. Déchaînées, elles ont su nous offrir un moment de pur rock post-punk qui manquait au festival. 

Les premiers rayons de soleil du weekend filtrent à travers les nuages. Magique ! L'un des concerts les plus attendus de ce second jour était sans doute celui de James Blake. Ce jeune prodige de 27 ans a su faire planer la foule grâce aux titres de The Colour in Anything, son nouvel album. A mi-chemin entre l'électro/dubstep et la pop/soul, l'artiste nous a offert un grand moment sur scène. 

On continue avec Air, l'un des groupes que nous attendions le plus. Le duo Versaillais fêtait ses 20 ans d'existence et a su enflammer la scène de We Love Green. Au programme, leurs chansons les plus célèbres : Cherry Blossom Girl, Highschool Lover ou Sexy Boy. Un grand moment de nostalgie pour des milliers de fans : difficile de ne pas se retrouver propulsé dans l'univers mélancolique de Sofia Coppola et son Virgin Suicide.

Après les planants musiciens de Air, place à l'énergie débordante de Diplo et son DJ set hallucinant. C'est une foule compacte qui se presse devant la scène, les pieds accrochés au sol. Ce n'est plus de la boue mais bien des marécages. Pourtant, le site dévasté ne décourage pas les festivaliers qui donnent tout : on suit le "tuto-Diplo" qui saute sur sa table de mixage en nous demandant tour à tour de sauter, lever les mains en l'air ou hurler. Ambiance électrique, toute la tension accumulée suite à deux jours dans la boue s'envole et c'est probablement le moment le plus déjanté de la journée.

On termine en beauté avec PJ Harvey : moment de grâce et d'élégance. Avec des titres comme Let England Shake, l'artiste anglaise nous a également présenté les titres de son nouvel album The Hope Six Demolition Project. Un grand moment.

Retrouvez le live-report du samedi 4 juin 2016 au festival We Love Green.