Le caennais, actuellement en tournée, s'est confié à Staragora, sa copine, ses influences, son meilleur concert, il nous raconte tout ! 

Après Caen et Paris, la Suisse. Qu’est-ce qui a motivé ce changement ?

J’ai en fait rejoint ma copine et on s’est dit que ça serait bien s’éloigner de la ville.

Quand on est un artiste n’est-il pas plus facile de se faire connaître en restant dans la capitale ?

Au contraire c’est un super moyen de se faire connaître ! Paris au début c’était nécessaire mais ce n’est pas une ville que je porte dans mon coeur. Pour moi, Paris c’est le travail : je dissocie donc les deux.

L’Asie semble être une véritable influence dans votre dernier album, Animals. Vous avez des affinités particulières avec ce continent ?

Trouver des chants traditionnels asiatique c’est plus facile. J’ai découvert l’Asie avec le son. Ce n’est pas trop dur d’être casanier quand on un musicien ? Je suis un peu casanier par opposition, mon travail, c’est de bouger tout le temps. Alors quand j’ai des moments de libres, j’en profite.

Avez-vous des projets futurs ?

La tournée m’occupe pas mal et j’ai un album qui vient de sortir. On travaille énormément avec mon équipe. On remet tout en question à chaque concert et on trouve toujours des améliorations à faire. En terme de composition, je vais me calmer.

Passer du Cargö à l’Olympia, ça fait quoi ?

C’est un truc de fou ! J’essaye d’être émerveillé à chaque fois.

Quelles ont été vos influences pour votre dernier album ?

D’abord, Jamie XX et puis ma copine, ma rencontre avec elle a fait exploser mon inspiration. Elle m’a ouvert les yeux sur pas mal de choses. En l’espace de 3 ou 4 mois, j’avais 12 chansons prêtes. Le sentiment amoureux est hyper stimulant. Ma copine est ma muse.

Si vous deviez retenir un live ?

Le Trianon en février 2015. C’est le premier live que je faisais avec des musiciens. Ce live m’a permis de voir plus loin. Comment qualifierais-tu ton style musical ? Je ne la qualifie pas c’est pour ça qu’elle évolue. Elle est hybride et pleine d’influences.

N’avez vous pas peur qu’en évoluant vous perdiez votre base de fans ?

L’expression de mes émotions est à l’image de la vie, elle est toujours en mouvement comme ma musique. Si je reste sincère avec ma musique et moi même ils suivront.

Lire aussi

Fakear est en concert au Fnac Live le 22 juin 2016 !