Benoît Heilbrunn, professeur de marketing à l'ESCP, est clair : il considère que Dior a licencié son directeur artistique Galliano parce que sa stratégie change plutôt qu'en raison despropos racistes qu'aurait tenus le couturier. Dans son interview au Monde.fr mise en ligne ce matin, l'expert pose une question dérangeante : "Pour moi, la véritable question est de savoir si ce licenciement est lié aux propos de Galliano ou s'il ne s'agit que d'un prétexte pour s'en débarrasser." Et d'y répondre par l'affirmative : "il est très compliqué pour un styliste de rester créatif lorsqu'on travaille pour la même marque depuis plus de 15 ans. On peut dire que Galliano avait fait son temps chez Dior. Par ailleurs, il semblait qu'en raison de problèmes personnels, il travaillait moins qu'auparavant. Pour moi, l'entreprise a fait un coup marketing pour s'en débarasser de façon habile, qui lui permet en plus de défendre une éthique. C'est un geste opportuniste de la part d'une marque qui n'est plus qu'opportuniste." Benoît Heilbrunn explique ensuite que Dior, avec Galliano aux commandes, avait perdu en savoir-faire ce qu'elle avait gagné en notoriété tapageuse et en rajeunissement. Il s'agirait maintenant, pour la marque du Groupe LVMH, de retrouver ses fondamentaux en renouant avec une esthétique et des valeurs de fond qui faisaient son succès à l'époque de son fondateur Christian Dior. John Galliano ne cadrant plus avec cette stratégie, son éviction était inéluctable. Vous pouvez lire l'interview complète sur le site du Monde.fr.