Si vous vivez ailleurs que dans le Nord ou l'est de la France, vous connaissez peut-être mal cette fête traditionnelle de la Saint-Nicolas. Célébrée chaque année le 6 décembre, elle fait intervenir une figure importante de la chrétienté, née il y a plus de 1500 ans… Depuis, la légende de Saint-Nicolas a voyagé, s'est transformée, et a même donné naissance à une polémique !

Saint Nicolas et le Père Fouettard

Si on peut considérer Saint-Nicolas comme une sorte de père noël, apportant cadeaux et douceurs aux enfants sages, il entraîne dans son sillage un bien triste sire : le père Fouettard, chargé de punir les méchants enfants comme les enfants sages. Il n'a pas toujours été aussi cruel, mais a toujours revêtu cette apparence sombre et mystérieuse, inquiétante. Une façon de rappeler aux enfants les dangers qui les guettent s'ils sortent des sentiers battus ?

A l'origine, une histoire glauque

Vous le savez sans doute, Saint-Nicolas est le saint patron des enfants. Mais connaissez-vous son histoire ? La légende raconte qu'un jour, trois petits enfants perdirent leur chemin et allèrent frapper à la porte d'un boucher. Mais au lieu de leur offrir le gîte et le couvert, l'homme tua les enfants et les mit au saloir… 7 ans plus tard, Saint-Nicolas frappa à son tour à la porte de cet homme cruel, et réclama un repas composé de "petit salé". Le boucher, se sentant coupable, chercha à s'enfuir : Saint-Nicolas lui offrit alors la possibilité de se racheter auprès de Dieu, et redonna vie aux petits enfants. On retrouve cette histoire dans une célèbre comptine pour enfants… Oui, ça met l'ambiance.

Saint-Nicolas, super-héros

On attribue de nombreux hauts faits à Saint-Nicolas. Outre ces 3 petits enfants, il aurait secouru 3 marins perdus en pleine tempête, et sauvé 3 jeunes filles du déshonneur en payant leur dot… en posant un cadeau sur le rebord de la fenêtre, en cachette. Papa Noël avant l'heure !

Un verre de lait et une carotte

En France, Saint-Nicolas se déplace à dos d'âne. C'est pourquoi le 5 décembre au soir, tous les enfants doivent déposer près de leurs souliers un verre de lait pour Saint-Nicolas, et une carotte pour l'âne.

Saint-Nicolas et l'esclavagisme

Aux Pays-Bas, le père Fouettard porte un autre nom : Pierre le noir (Zwarte Pier), serviteur de Saint-Nicolas en tenue de page, à la perruque afro et au visage noirci. Selon la tradition néerlandaise, Saint-Nicolas débarquerait par bateau, après un voyage débuté en Espagne, et visiterait les enfants du pays sur son cheval blanc. Mais en 2011, des voix commencent à s'élever contre le stéréotype raciste que véhiculerait Pierre le noir. En 2013, une enquête de l'ONU a même été lancée pour examiner de plus près cette tradition jugée louche. Deux clans s'affrontent alors aux Pays-Bas : ceux qui veulent défendre la tradition, contre les anti-Pierre le noir… Au final, certaines villes comme La Haye et Utrecht ont opté pour un compromis en éliminant la couleur noire du visage de Pierre, tandis que d'autres communes, avec le soutien de nombreux néerlandais, persistent et signent…

Saint-Nicolas, ou Nicolas de Myre

Cette figure traditionnelle aurait réellement existé sous le nom de Nicolas de Myre, un évêque né en Anatolie, l'actuelle Turquie. Etabli plus tard à Myre, il s'emploie à lutter contre les cultes païens voués à Apollon ou à Artémis, comme l'explique l'historien Franck Ferrand dans cet épisode d'Au Cœur de l'histoire, sur Europe 1. Il meurt un 6 décembre de l'an 310, 311, 312… ou 345. A ce sujet, les versions diffèrent !

Trafic de reliques

Au XIe siècle, des marchands italiens débarquent à Myre, en Turquie, pour tenter de s'approprier une phalange de Saint-Nicolas. La légende voudrait qu'en se trompant de tombeau, ils aient en réalité emporté la relique d'une autre dépouille, et qu'un certain Aubert de Varangéville, originaire de Lorraine, ait quant à lui obtenu la véritable relique de Saint-Nicolas. Ainsi débute la célébration de cette fête dans l'est de la France…