Du chat roux de Holly Golightly dans Diamants sur Canapé au chat angora du diabolique Blofeld dans James Bond, les chats ont régulièrement fait partie du paysage cinématographique hollywoodien. Dernier exemple en date, le héros de Keanu, comédie américaine déjantée dans laquelle deux amis (le duo comique Kay et Peele) vont jusqu'à infiltrer un dangereux gang pour récupérer leur adorable chaton. Un minou tigré effectivement craquant et surtout… admirablement dressé. Comment Hollywood obtient-il de si bons résultats avec ses stars félines ? Question d'expérience, mais aussi de respect.

Cliquer pour éduquer

Entraîner un chat pour en faire un acteur exige une pédagogie légèrement différente de celle qui est employée pour les chiens. Dans un article du Telegraph, Gwen Griffith, dresseur britannique spécialisé dans le dressage des animaux et des oiseaux employés au cinéma, explique les spécificités de l'entraînement félin : "Les chats ne sont pas aussi enclins [que les chiens] à plaire. Les jouets sont une grande motivation, la nourriture aussi, bien sûr. Mais en gros, ce que nous faisons c'est adapter leur comportement". Les entraîneurs de l'équipe de Griffith suivent ainsi chaque chat avec un petit appareil émettant des clics sonores à chaque fois que le chat réalise un exercice qu'il doit maîtriser, avant de le récompenser avec un jouet ou de la nourriture. Petit à petit, le chat acquiert un réflexe lorsqu'il entend le petit "clic" de son dresseur. Quand ce dernier reçoit le script d'un film, il en isole les différents comportements qui sont attendus de la part du chat, et entraîne alors l'animal selon le plan établi.

Plusieurs chats pour un seul rôle

Dans un film ayant pour héros un chat, l'animal rassemble souvent différentes qualités et compétences parfois difficiles à réunir au sein d'un même félin : le chat parfait est souvent la combinaison de plusieurs félins, chacun doté d'un talent spécifique. L'un se laissera facilement manipuler sans broncher, l'autre supportera les bruits, un troisième, enfin, pourra naviguer sans crainte au milieu d'une scène d'action. Il existe cependant quelques chats exceptionnels : "L'un des meilleurs que j'aie connu s'appelle Crackerjack, il jouait Miss Teigne dans Harry Potter, raconte Gwen Griffith. Il y avait peut-être 4 Persans qui interprétaient ce rôle, mais il était l'un des meilleurs avec qui j'aie travaillé. Je pouvais ne prendre que lui pour un travail, je savais que Crackerjack réussirait la prise. Parfois vous n'avez pas besoin d'emmener beaucoup de chats. Ce n'est pas une question de quantité, mais de qualité. Je lui faisais confiance, il me faisait confiance".

Travailler dans le respect de l'animal

Les chats stars, comme certains de leurs homologues humains, font parfois subir leurs caprices à l'équipe d'un film : le chat roux de Diamants sur Canapé, qui semblait si paisible dans les bras d'Audrey Hepburn, était ainsi connu pour terrifier l'équipe de tournage avec ses coups de griffes ! L'important quand on utilise un animal dans un film, c'est bien sûr de le traiter avec respect, comme le rappelle le dresseur britannique : "Nous aimons les animaux ! C'est pour ça que j'en ai fait mon travail ; parce que je me préoccupe de leur bien-être individuel. Je les ramène à la maison le soir, je sais où ils se trouvent. C'est important de savoir dire non dans l'industrie du cinéma. C'est la marque d'un bon dresseur." C'est également, sans nul doute, la garantie d'une performance féline réussie, comme devrait nous le prouver prochainement le film Nine Lives, dans lequel un businessman interprété par Kevin Spacey se retrouve soudain transporté par magie… dans la peau d'un chat.