L'orthographe ce n'est pas votre truc ? Juste après le baccalauréat de français, ce vendredi 17 juin, Staragora vous donne ses trucs et astuces pour ne plus faire ces 10 fautes qui piquent les yeux... 

Je vais au coiffeur

Combien de fois faudra-t-il vous le dire ? On va CHEZ le coiffeur !  Et oui, tout comme on ne va pas au boulanger mais chez le boulanger ou chez le médecin. Le "au" s'utilise quant à lui pour désigner un lieu : "je vais au restau" ou "au marché"... Pour s'en souvenir, l'astuce est de remplacer "coiffeur" par exemple par le nom d'une personne. On ne dira pas "Je vais au Rihanna"

Des strings marron 

Pourquoi écrit-on "chemises rouges" mais "robes marron" ? Lorsque la couleur est un adjectif, elle s’accorde en genre et en nombre avec le nom. Par contre, quand une couleur est à la fois un nom ET un adjectif comme marron ou prune, la couleur est alors invariable !  Il existe cinq exceptions (sinon ça ne serait pas drôle) : rose, mauve, pourpre, écarlate et fauve ne s'accordent pas avec le nom. Enfin, si vous utilisez deux mots pour désigner une couleur, ceux-ci restent invariables (ex: "des chaussettes rouge clair"). Facile non ?

L'orthographe, se supplice... 

C'est une faute qui nous irrite. On vous explique une bonne fois pour toute comment choisir entre le pronom démonstratif, "ce", et le pronom possessif "se". Pour bien faire la distinction, il suffit de retenir que "se" est un pronom personnel et se place avant le verbe auquel il se rapporte (Ex: "Moundir se regarde dans le miroir"). "Ce" est le sujet direct du verbe, si l'on peut remplacer "se" par "celui-là", alors il s'agira du pronom démonstratif et l'on écrira "ce".

L'iPhone à Kim Kardashian

Ce n'est pas compliqué pourtant ! On ne dit pas "L'iPhone à Kim Kardashian" mais "L'iPhone DE Kim Kardashian". L'utilisation de 'à' pour signifier l'appartenance est familière, moche et surtout incorrecte.  

Si j'aurais su... 

"Si j'aurais su, j'aurais pas venu." Cette réplique tirée du film La Guerre des boutons et qui fait mal aux yeux, est l'exemple classique pour expliquer la règle de la concordance des temps après "si". Lorsque le verbe suivant "si" est à l'imparfait, le temps à employer ensuite est le conditionnel. Ainsi, il faudra dire "Si j'avais su, je ne serais pas venu". En revanche, quand le "si" est suivi du présent, le verbe qui suit devrai être au futur.   

Acceuil ou accueil ?

Normalement, le son "euil" s'écrit "e-u-i-l", comme dans les mots "fauteuil", "feuille" ou "écureuil". Mais il peut aussi s'écrire "u-e-i-l" lorsqu'il est précédé d'un "c" comme dans "accueil". Petite astuce mnémotechnique pour mettre les lettres dans le bon ordre dans ce cas de figure : souvenez-vous des premières lettres de l'expression "Un Enfant Intelligent", soit -uei. Ne nous remerciez pas !

Après que...

Quel temps mettre à la suite d'"après que"? La réponse est... l'indicatif ! En effet, l'action comprise dans ce verbe s'est déjà déroulé. On dira donc : "Après que Griezmann a marqué, les supporters étaient fous de joie". A l'inverse, "avant que" est obligatoirement suivi du subjonctif car les faits sont considérés comme incertains: "Avant que tu ne twerkes, tu devrais boire une petite coupe".

Autant pour nous

Pour l'Académie Française, il faut écrire "au temps pour moi" ! "Autant pour moi" ne peut pas être utilisé pour vous excuser mais lorsque vous voulez dire : "La même chose pour moi !". Décidément, vous vous coucherez moins bête ce soir... 

Une règle parmis les autres

Rien ne vous choque ? Parmi et malgré sont des mots invariables. Beaucoup veulent à tout prix leur mettre un “s” en terminaison... mais non ! Au nom de la langue française, on vous en supplie... arrêtez !

Maintenant, je suis censé ne plus faire de fautes

Vous vous trompez souvent entre censé et sensé ? C'est pourtant simple : "sensé" signifie "qui a du sens" alors que "censé" signifie "supposé". Ainsi, on écrira : "il est censé mourir dans la saison 6 de GOT !" La confusion peut être la même pour d'avantage et davantage. "Davantage" est synonyme de "plus" et "d’avantage" signifie "gain" ou "privilège".

Voilà vous savez tout (ou presque) ! Et vive la langue française !