Elle était la créatrice des femmes de la rue, une pionnière du prêt-à-porter féminin des années 1970. La styliste de mode Emmanuelle Khanh est décédée ce vendredi 17 février au matin dans son domicile à Paris, des suites d'un cancer dont elle souffrait depuis quelques mois. L'une de ses dernières apparitions remonte au mois d'octobre 2016, quand elle avait mis en vente 150 vêtements issus de sa collection personnelle.

"La haute couture est morte, je veux designer pour la rue"

Tout d'abord mannequin cabine pour des maisons aussi prestigieuses que Givenchy ou Balenciaga dans les années 1950, Emmanuelle Khanh se lance dans le stylisme en tant que freelance dès le début des années 1960. Elle collabore alors avec Cacharel et Missoni, Dorothée Bis, ou Sam Rykiel, mari de la célèbre Sonia. En 1962, elle donne naissance à sa 1èremarque, en collaboration avec la styliste Christiane Bailly, Emma Christie, avant de lancer une marque en son nom propre en 1972. Son objectif ? Créer pour les femmes actives et modernes, loin des podiums : "La haute couture est morte, je veux designer pour la rue", déclare-t-elle déjà en 1964. La jupe taille basse, le chemisier à col long ou les lunettes XXL font partie de ses marques de fabrique. Elle conçoit aussi des vêtements de ski pour femmes, des doudounes, des sous-vêtements ou des fourrures. Dès 1966, elle signe des collections pour le catalogue de prêt-à-porter La Redoute. En 1997, confrontée à d'importantes difficultés financières, la créatrice est obligée de cesser ses activités, qui connaissent cependant un renouveau 10 ans plus tard, lorsque Didier Mader reprend sa marque.

Veuve du designer Quasar Khanh

La styliste épouse en 1957 le célèbre designer avant-gardiste, ingénieur et inventeur Quasar Khanh, de son vrai nom Nguyen Manh Khanh. D'origine vietnamienne, le créateur est notamment à l'origine de la 1ère collection de meubles gonflables dans  les années 1960. Ensemble, ils auront une fille, Atlantique, et un fils Othello. Quasar Khanh décède le 30 juin 2016.