Il était l'une des figures d'Arte, un passionné de géopolitique mais aussi de vulgarisation scientifique. Jean-Christophe Victor, créateur, érudit, voyageur et écrivain, nous a quittés brutalement, dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 décembre. Citoyen du monde, le fils de Paul-Emile Victor avait exploré la planète entière pour nous en rapporter le récit à la fois savant et accessible, décryptant les plus grands conflits et les changements géopolitiques majeurs pour un public où se mêlaient curieux et passionnés. Ce jeudi 29 décembre, la chaîne Arte a salué dans un communiqué officiel l'un de ses plus fidèles collaborateurs, qui a "partagé le quotidien de la chaîne depuis sa création et a contribué étroitement à en façonner l’image".

Créateur, mais pas présentateur

C'est en 1990 que Jean-Christophe Victor, après une carrière déjà riche dans la diplomatie et les relations extérieures, développe le concept d'une émission de vulgarisation scientifique centrée sur la géopolitique. D'abord diffusé sur La Sept, puis sur Arte, Le Dessous des cartes s'appuie sur le commentaire en voix off (effectué par Jean-Christophe Victor) d'une série de cartes et d'infographies, un support visuel conçu pour améliorer notre compréhension des phénomènes géopolitiques les plus complexes. L'expert devance ainsi de plusieurs décennies la vogue des chaînes Youtube de vulgarisation scientifique. "Je n’aime pas qu’on dise que je suis 'présentateur'", confiait le spécialiste au début du mois de décembre à nos confrères de Libération. De fait, la voix de Jean-Christophe Victor et son talent de pédagogue nous aura marqués plus sûrement que son visage. Depuis les années 1970, il a pourtant arpenté des dizaines de pays, offrant à la France ses analyses et son regard de passionné.

Un amoureux du monde oriental

Fils de l'explorateur Paul-Emile Victor et de la journaliste Eliane Victor, Jean-Christophe Victor obtient tout d'abord un doctorat en ethnologie et un diplôme de chinois, un cursus qui lui fait espérer un poste en Asie… c'est finalement en tant qu'attaché culturel à Kaboul qu'il débute sa carrière, avant d'être recruté par le Centre d'analyse et de prévention du Ministère des Affaires Etrangères. Passionné par l'Asie, "ce continent qui n’en est pas un, dont on ne sait où il commence et où il s’arrête", le spécialiste y passera une grande partie de sa carrière, interrompant toutefois ses pérégrinations pour œuvrer, en France, à son travail de chercheur et de vulgarisateur.

En 1991, il fonde le laboratoire de recherche appliquée en géopolitique et de prospective, ou Lépac, avec Virginie Raisson, sa compagne. Il s'embarque aussi pour l'aventure télévisuelle et culturelle d'Arte, dont il saluera fréquemment la qualité du travail. Ecrivain, il racontera son expérience en Afghanistan et ses voyages en Orient. Son dernier ouvrage, publié en septembre 2016, s'intitulait d'ailleurs Le Dessous des cartes d'Asie. A l'aube de ses 70 ans, il se projetait encore vers le lointain, cette fois tenté par le Groenland, où "le réchauffement climatique est bien réel". Il n'aura pas l'occasion de lancer ce nouveau projet. Jean-Christophe Victor laisse derrière lui 4 enfants, et une vision : celle d'un monde encore plus complexe et fascinant qu'on ne pourrait le croire. Encore plus surprenant aussi.