Sa plus célèbre pièce (qui ne décrochera pourtant jamais le prix Pullitzer, contrairement à 3 autres de ses œuvres) fut jouée dès sa publication pendant 15 mois d'affilée, à Broadway, avant de voyager dans le monde entier. Edward Albee était avant tout connu pour Qui a peur de Virginia Woolf ?œuvre cynique et géniale, mettant en exergue l'enfer du couple. L'auteur est décédé à la suite d'une courte maladie le 16 septembre, dans son domicile de Montauk dans l'Etat de New York, a annoncé son assistant Jakob Holder au New York Times. La triste nouvelle a donné lieu à de nombreux hommages sur Twitter.

Edward Albee, une histoire du théâtre américain

Né Edward Harvey le 12 mars 1928, en Virginie ou à Washington, selon les sources, Edward Albee a su dès l'âge de 6 ans qu'il voulait devenir écrivain. Enfant adopté par un couple à la parentalité maladroite, c'est un élève turbulent, mais déjà passionné de littérature ; c'est finalement vers le théâtre qu'il s'oriente, reconnaissant que ni le genre de la poésie, ni celui du roman ne lui conviennent. Ses parents finissent par le mettre à la porte, n'approuvant pas ses aspirations d'écrivain. Ils l'excluront même de leur testament quand Albee révélera publiquement son homosexualité. Il s'installe à New York dans les années 1950, et débute son aventure d'écrivain, avec The Zoo Story (1956), qui sera présentée pour la première fois à Berlin, 3 ans plus tard. Il enchaîne sur d'autres pièces, constituant au fil des ans une œuvre riche d'une trentaine de textes, dont 3 lui vaudront le Prix Pulitzer : Délicate Balance (1967), Seascape (1975) et Trois grandes femmes (1994). Mais c'est avec Qui a peur de Virginia Woolf ? (1962) qu'il remporte le vrai triomphe. La pièce est adaptée à Hollywood en 1966 par Mike Nichols. Interprété par les couples Elizabeth Taylor-Richard Burton et George Segal-Sandy Denis, le film remporte 5 oscars, dont celui de meilleure actrice pour Liz Taylor.

Les amoureux de théâtre multiplient les hommages sur Twitter et dans les médias

Dès l'annonce de la mort d'Edward Albee, de très nombreux médias français, américains et internationaux se sont fait l'écho de l'immense génie du dramaturge. Le New York Times  le décrit ainsi comme "l'auteur d'une génération désespérée", tandis que sur Twitter, de très nombreuses stars ont manifesté leur chagrin. Mia Farrow salue ainsi l'un des "grands dramaturges de notre époque", tandis que James Woods évoque son génie de la mise en scène. Jesse Williams, acteur de Grey's Anatomy, cite de son côté une phrase d'Edward Albee : "Si les critiques sont déprimés parce que je suis apparemment prolifique, eh bien, c'est autant leur problème que le mien." L'acteur de comédie américaine Josh Gad a également souhaité unir sa voix au monde du théâtre en décrivant Edward Albee comme "l'un des Titans du théâtre", et l'un des "meilleurs dramaturges de notre temps, et peut-être de tous les temps".