MAJ : Face à la polémique, le réalisateur Bernardo Bertolucci a répondu dans un communiqué : "Je voudrais, pour la dernière fois, clarifier un malentendu ridicule qui continue à être rapporté à propos de Dernier tango à Paris dans des journaux du monde entier. Certains ont pensé et pensent que Maria n'avait pas été informée de la violence subie (dans la scène). Faux! Maria savait tout parce qu'elle avait lu le scénario où tout était décrit. La seule nouveauté était l'idée du beurre".

Énorme polémique ce weekend. ELLE US a ressorti une interview choquante du réalisateur Bernardo Bertolucci faisant des aveux honteux. Il revient face caméra sur Le Dernier Tango à Paris, réalisé en 1972. Le sulfureux film relate une relation charnelle et violente entre la jeune Jeanne (Maria Schneider, 19 ans) et le tourmenté Paul (Marlon Brando, 48 ans). Une scène devenue célèbre montre le personnage subir un viol dans la cuisine avec du beurre en guise de lubrifiant. Bernardo Bertolucci avoue : "La scène du beurre est une idée que j'ai eue avec Marlon le matin-même." ajoutant "Je voulais qu'elle réagisse comme une fille, et pas comme une actrice. [...] Ensuite, elle m'a haï toute sa vie.". 

Drogue et années sombres

Mais qui était Maria Schneider ? Avant tout, la fille du mannequin Marie-Christine Schneider et de l'acteur Daniel Gélin (qui ne l'a jamais reconnue précise Libération). Prise sous l'aile de Brigitte Bardot, elle commence sa carrière au cinéma dans de petits rôles avant d'accéder à la notoriété grâce au Dernier Tango à Paris. Elle ressort de ces 12 semaines de tournage complètement vidée. Concernant la scène avec le beurre, elle confiait au Daily Mail en 2007 : "je me suis sentie humiliée et pour être honnête, je me suis sentie un petit peu violée, à la fois par Marlon et Bertolucci. Après la scène, Marlon ne m'a pas consolée ou s'est excusé. Heureusement, il n'y a eu qu'une prise". Tout le cirque médiatique entourant la sortie du sulfureux film a épuisé l'actrice : "ça m'a rendue dingue. Je me suis mise aux drogues, au cannabis puis à la cocaïne, au LSD et à l'héroïne. C'était comme un échappatoire à la réalité. [...] j'ai pris des pilules pour essayer de commettre un suicide mais j'ai survécu grâce à Dieu qui a décidé que ce n'était pas mon heure." précisant qu'elle avait fait deux ou trois overdoses.

Une carrière en dents de scie

Difficile dans ces conditions de mener à bien sa carrière : exclue ou renvoyée des tournages, elle s'éloigne momentanément du cinéma. Par la suite, elle aura plusieurs seconds rôles au cinéma et à la télévision avant de s'éteindre à 58 ans des suites d'un cancer. Lors de l'annonce de sa mort en 2011, Bernardo Bertolucci avait affirmé à l'agence italienne Ansa : "Sa mort est arrivée trop tôt. Avant que je ne puisse l’embrasser tendrement, lui dire que je me sentais liée à elle comme au premier jour, et, au moins pour une fois, lui demander pardon".