Selon l'ex d'Alexis Arquette, Robert Dupont, la militante pour les droits des transgenres serait morte du SIDA et aurait refusé de prendre ses médicaments. On en sait donc plus sur son décès alors que sa famille avait en premier lieu décidé de garder ces circonstances secrètes.  

Alexis Arquette refusait son traitement contre le VIH 

L'actrice Alexis Arquette, qui est morte à l'âge de 47 ans le 11 septembre dernier, a laissé sa célèbre famille d'acteurs dans une immense peine. Dans un long message posté sur le compte Facebook de son frère Richmond, Patricia Arquette avait expliqué que sa soeur était partie sans souffrances, sans toutefois préciser les raisons de ce décès tragique. Aujourd'hui, on en sait plus sur la mort d'Alexis Arquette. Selon Radar Online, elle vivait à nouveau "en tant qu'homme avant de mourir du SIDA". Robert Dupont, un ex d'Alexis Arquette confirme au journal people : "Alexis vivait avec le sida et avait une tumeur inopérable. Il avait développé une infection. On m'a dit qu'elle avait atteint son foie et le reste de son corps".

Alexis Arquette aurait été contaminée par le VIH dans les années 1990, mais vivait dans le déni. "Alexis n’acceptait pas le fait qu’elle ait le sida et elle a souvent refusé de prendre des médicaments", a expliqué un proche de la famille Arquette à Radar Online avant d'ajouter que "sa famille essayait de la forcer à se soigner". L'actrice qui est notamment apparue dans le film culte Pulp Fiction voulait croire qu’elle n’avait pas le sida, de peur que "le monde lui tournerait le dos".

Alexis Arquette vivait comme un homme

Alexis Arquette est né Robert et a commencé sa transition en 2006, s'engageant par la suite dans la lutte pour les droits de la communauté LGBTQ. Si elle était heureuse de vivre en tant que femme, Alexis a avoué à sa famille qu'elle ne se sentait plus à l'aise avec son genre à la fin de sa vie. En février dernier, l'acteur David Arquette expliquait dans l'émission de Khloe Kardashian, Kocktails with Khloe, qu'Alexis se définissait comme ""gender suspicious", autrement dit incertaine sur son genre. Elle s'amusait à lui dire qu'il pouvait l'appeler "ma soeur" ou "mon frère" selon la façon dont elle était habillée le jour même !