Il a 20 ans, possède selon lui l'oreille absolue, et refuse d'être vu sous le prisme de son handicap. Vincent Vinel, en un seul tour de piano ébouriffant sur Lose Yourself d'Eminem, a littéralement ébloui les coachs et emballé le public, sans parler des téléspectateurs, nombreux à partager leur enthousiasme sur les réseaux sociaux. Bourré d'humour, doté d'une énergie solaire et contagieuse, le jeune candidat s'impose d'ores et déjà comme l'un des favoris de la compétition, après avoir suivi un parcours vraiment pas comme les autres.

Vincent Vinel met la salle à ses pieds avec Eminem

Dès les 1ères secondes, le talent de Vincent Vinel est apparu pour tous comme une évidence. Quelques accords au piano, et surtout une succession de notes aiguës ont provoqué l'étonnement, mais c'est la suite du morceau d'Eminem, formidablement maîtrisé, qui lui ouvre les portes de l'aventure. M Pokora, nouveau venu dans l'équipe, est le 1er à buzzer, suivi de Mika, Florent Pagny, et finalement Zazie, qui lui demandera par la suite de chanter à nouveau. "Concrètement je vois que dalle, alors je ne vois pas du tout qui s’est retourné", déclare avec humour Vincent à la fin de son morceau, sous les ovations du public. Les 4 coachs vont alors à sa rencontre : Vincent a des problèmes de vue depuis sa naissance. Il voit "un peu, mais point trop n'en faut". Et déjoue les regards désolés avec un solide sens de l'autodérision qui achève le jury. 

Repéré dans une gare

Dans son portrait, Vincent ne s'embarrasse pas de fausse modestie : "Quand j’entends un morceau, je peux le rejouer rapidement. Je suis un peu le super-héros de l’oreille", plaisante-t-il. Et pourtant, rien n'était gagné pour ce jeune artiste prometteur : adopté à 2 ans et demi par une famille d'accueil, Vincent surpasse son handicap visuel en se vouant corps et âme à la musique, en autodidacte. Il aime transformer les morceaux qu'il entend en y ajoutant sa propre patte, et teste ses adaptations aussi souvent qu'il le peut : notamment sur les pianos en libre-service de la SNCF, à la gare Saint-Lazare : "Mon parcours musical est assez atypique, parce qu'on n'a pas voulu me prendre en conservatoire car il n'y avait personne qui savait lire le braille musical. Du coup, ils m'ont dit très clairement: 'Dégage!'. Donc je me suis créé mon petit sillon tout seul..." Aujourd'hui, Vincent se consacre uniquement à sa passion, pour le plus grand plaisir des fidèles de TF1 et de son coach, Mika. Sera-t-il le nouveau vainqueur de cette saison 6 ? Il en a en tout cas l'étoffe !