Samedi 7 janvier dans Salut les terriens, Thierry Ardisson recevait Farid Benyettou à l'occasion de la sortie du livre Mon djihad, itinéraire d’un repenti, rédigé en collaboration avec Dounia Bouzar. La venue de l'ex-recruteur, jadis surnommé "l'émir des Buttes-Chaumont" et aujourd'hui infirmier grâce à une bourse de l'Etat, a provoqué une vive réaction chez les téléspectateurs et les internautes, et une instruction a été lancée par le CSA à la suite de la plainte de 2 sénateurs. Pour l'animateur expert en polémique, cependant, pas de regret : il fallait laisser Farid Benyattou s'exprimer.

"J’ai l’habitude de recevoir tout le monde dans mon émission et cela ne changera pas"

Face à la polémique provoquée par le dernier numéro de son émission, Thierry Ardisson garde la tête haute comme il le confie au Figaro : "J’ai l’habitude de recevoir tout le monde dans mon émission et cela ne changera pas (…) Farid Benyettou sortait un livre avec Dounia Bouzar. Pour moi, il était important de l’inviter et de l’écouter pour se faire une idée." Quant à la tentation du buzz et de la provoc' bon marché, à une période aussi délicate que celle de l'anniversaire des attentats de Charlie Hebdo, il s'en défend vigoureusement. "Ce n’était pas une provocation. Même si je savais pertinemment que cette invitation susciterait le débat et la polémique. Je ne veux pas m’ériger en censeur ou en moralisateur (…) Les téléspectateurs, qui ont le droit de vote, sont assez intelligents pour se faire leur propre opinion."

Les victimes des frères Kouachi outrées par la venue de Farid Benyettou

Le président de l'Association française des victimes de terrorisme (AFVT), Guillaume Denoix de Saint-Marc, a souhaité lui aussi réagir à ce dernier numéro de Salut les terriens, par le biais d'une déclaration relayée notamment par La Croix : "Qu'un homme si proche des frères Kouachi, pour vendre son livre, fasse une telle déclaration sur un plateau télé relève au minimum d'une maladresse épouvantable pour les victimes", a-t-il déclaré, mettant également en doute les motivations réelles d'Ardisson : "C'était un moment intéressant au niveau marketing. Dommage que cela prévale sur l'éthique." Quant à Farid Benyattou, il a annoncé hier 9 janvier par le biais d'un communiqué ne plus souhaiter intervenir publiquement à compter de ce jour.