L’histoire avait fait grand bruit en fin d’année dernière. Bernadette Gauthier, thérapeute familiale, avait accusé la Super Nanny Sylvie Jenaly de prôner la "violence éducative" et au programme de mettre les enfants dans des possibles situations de harcèlement au vu des nombreuses rediffusions. Le CSA a reçu la pétition en octobre dernier et a finalement rendu sa décision aujourd’hui.

Super Nanny n’a pas commis de "manquement"

Plus de 2000 signatures avaient été réunies sur la pétition de Bernadette Gauthier, qui estime que "l'émission Super Nanny enfreint tous les droits des enfants en les montrant dans des situations dégradantes pour eux, en leur faisant subir des violences physiques et psychologiques qui auront, immanquablement, des répercussions sur leur construction et leur développement". La thérapeute faisait notamment référence à des scènes où "on peut voir la Super Nanny tirer les enfants par les bras, quitte parfois à risquer de déboîter une épaule", ainsi qu’aux punitions d’isolement des enfants et aux scènes où ils apparaissent nus (même si floutés) dans leur bain.

Finalement, le CSA a tranché, et "n'a pas relevé de manquement aux obligations des services TF1 et NT1". Cette décision rendue le 18 janvier comporte néanmoins un petit bémol pour Super Nanny. Le conseil estime nécessaire de "redemander l'accord des participants avant une éventuelle rediffusion ou une nouvelle mise à disposition de l'émission ou de ses extraits". Le CSA appelle également les éditeurs "à faire preuve d’une vigilance particulière vis-à-vis de scènes susceptibles de gêner l’enfant" et "à veiller à ce que le comportement de l’enfant ne soit pas présenté comme l’unique source de difficulté et que l’enfant ne soit pas réduit à son comportement problématique". Il ne s’agit cependant que de préconisations et non de sanctions. Super Nanny s’en tire donc sans dommage.

Sylvie Jenaly remercie le CSA

En apprenant la nouvelle, Sylvie Jenaly s’est empressée de twitter son soulagement quant à la décision du CSA : "Heureuse et merci au CSA d'avoir enfin statué, merci à tous ceux qui m'ont témoigné leur soutien face à cette polémique surréaliste."