Le réalisateur Sébastien Haddouk s'est attaqué à un phénomène célèbre depuis des décennies, et pourtant sur lequel on ne s'est jamais penché : les cagoles. Vulgaires, bling-bling, grandes gueules, cheap... Beaucoup d'adjectifs peu reluisants qualifient les cagoles : des femmes qui, pour beaucoup, vivent dans le sud de la France. Le documentaire Cagole Forever se penche sur le phénomène sur Canal + le 15 février à 22h50. La cagole serait-elle plus féministe que ce que l'on pense ? C'est le constat du réalisateur : “Elle revendique de pouvoir s’habiller et s’exprimer comme elle veut. Elle affiche sa sexualité, elle n’a pas peur d’affronter les mecs, dans ses mini-jupes et ses talons hauts en l’occurence. Dans une société qui ne cesse de régresser vis-à-vis des femmes, cette attitude peut être qualifiée de féministe.” 

Les cagoles assumées

Aux Etats-Unis, les cagoles ont un nom : les Jersey Girls. Une émission de télé-réalité les concernant a même été diffusée. La première Américaine à avoir assumé, et étalé, ses cheveux blonds, sa plastique refaite et son goût pour le nail art, le rose et le léopard, c'est Pamela Anderson. Comme elle l'indique dans le documentaire "si vous êtes une femme, soyez une femme, c'est marrant !". En France, la rappeuse Liza Monnet a fait énormément de bruit avec le clip de My Best Plan. Tatouage sur le décolleté, formes généreuses et langage vulgaire, elle assume dire ce qu'elle pense et a un discours très cru, même si ça dérange. 

Les cagoles repenties 

En 2007, les Américains font la connaissance d'une certaine Kim Kardashian grâce à... sa sex-tape suivie de l'émission de télé-réalité Keeping Up With The Kardashians. A l'époque, elle est la meilleure amie de Paris Hilton et utilise bien trop d'autobronzant. Grâce à sa rencontre avec Kanye West, designer et grand patron du Cool, elle se transforme. Les soeurs Kardashian deviennent des icônes de mode, imposant une toute nouvelle silhouette à Hollywood. Adieu Kate Moss, bonjour seins et fessiers rebondis ! Et honnêtement ? Ça fait du bien. Les corps maigrissimes et sans forme qui rappellent ceux de très jeunes filles laissent place aux formes de vraies femmes. Pas étonnant qu'on surnomme Nabilla, "Kim Kardashian à la française". On découvre la bimbo dans l'Amour est Aveugle puis dans les Anges. Sa tenue devient culte : micro-short en lycra rouge et top ultra décolleté... La bimbo et ses réflexions comme "Allo quoi" font le tour de la France et les moqueries fusent. Nabilla devient un superstar, défilant pour Jean-Paul Gaultier qui a toujours assumé son goût pour la vulgarité. Après un séjour en prison, elle se recadre et s'offre une toute nouvelle image grâce à une styliste à la sortie de son livre Trop Vite. Après la cagole, l'intellectuelle ? Retour sur son parcours ce soir Cagole Forever sur Canal +.